African Miss University of the World 2019 : la couronne au Kenya

Samedi 31 août 2019 à Yaoundé, Maryam Rae a été sacrée au terme de la troisième édition de ce concours privilégiant l’intellect et l’entrepreneuriat féminin.

Un concours de beauté qui renverse tous les clichés. Le 31 août dernier, African Miss University of the World 2019, a étonné le public venu assister à la finale organisée au palais des Congrès à Yaoundé. A sa troisième édition, cette compétition met en avant l’intellect et les ambitions entrepreneuriales de ses participantes. Sous le thème : « Entrepreneuriat féminin et vivre-ensemble », la cérémonie s’est déroulée en présence de nombreux invités et de personnalités parmi lesquelles Mouhtar Ousmane Mey, secrétaire général du ministère des Arts et de la Culture, représentant le Minac. Ceux du public venus en espérant voir des filles se pavaner en exposant d’interminables gambettes, ont dû repartir bien déçus. Au lieu de maillots de bain, les concurrentes ont paradé en toges, en tenues traditionnelles ou dans des attributs reflétant leurs aspirations académiques et leurs objectifs de carrière. Parmi les 12 prétendantes issues de sept pays (Benin, Burkina Faso, Cameroun, Congo, Gabon, Kenya et Tchad), on trouve des métiers comme ingénieur agronome, médecin, infirmière, enseignante et même… astronaute. Mais de toutes ces idées louables, celle de chef d’entreprise ferme et rigoureuse prônée par Maryam Rae, la candidate kenyane, a visiblement séduit le jury présidé par Henriette Sournac. Car c’est elle qui, au bout d’une nuit intense de compétition, a été sacrée African Miss University of the World 2019. Ses projets dans le domaine de l’emploi ont joué un grand rôle dans son élection, mais pas seulement. D’après la présidente du Groupe Inter Press, à la tête du collège des jurés, « le projet social emmené par Maryam a pesé lourd sur la balance. » La jeune dame a d’ailleurs pris sur elle de faire une énorme révélation au moment de la séquence dédiée au temps de parole. « J’aimerais utiliser ma voix afin de venir en aide aux victimes de violences sexuelles en Afrique, dont je fais malheureusement partie. Si j’ai pu m’en sortir et avancer, ce n’est pas le cas pour toutes ces femmes. La plupart tombe dans la dépression. C’est pourquoi je m’engagerai à les soutenir », a-telle déclaré.

L’étudiante kenyane de 21 ans, en troisième année filière Business international à l’United States International University of Africa à Nairobi, avoue que c’est la première fois qu’elle partage son histoire avec une aussi grande audience. En plus de la couronne remise par Linda Yang, coordinatrice générale du Cercle des amis du Cameroun (CERAC), Maryam Rae repart avec la somme de 5000 dollars (près de 3 millions de F), une bourse complète pour étudier en France dans l’Université de son choix, entre autres lots. La meilleure compétitrice camerounaise (le pays hôte en avait cinq), Elise Azar Mefoko de l’Université de Bamenda, a reçu quant à elle une bourse de trois ans en Russie. African Miss University of the World, une initiative valorisant la femme et ses compétences intellectuelles, est un concept de Béatrice Doudou, ancienne lauréate du concours Miss Cameroun.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category