« La SCDP n’est en rien concernée »

Véronique Moampea Mbio, directeur Général de la SCDP, explique.

Madame le Directeur Général une affaire de mauvais carburant a éclaté samedi dernier dans une station- service à Dibamba. Cet incident met en épingle la mauvaise qualité du produit pétrolier servi dans la station service. Et on sait aussi que les stations service s’approvisionnent à la SCDP…

Oui ! La SCDP approvisionne les marketeurs. La SCPD est une société de stockage des produits pétroliers. J’insiste làdessus parce que j’ai entendu ici et là que les produis pétroliers sont fabriqués par la SCDP. Je rappelle pour la bonne information du public que la SCDP ne fabrique pas des produits pétroliers. Elle stocke. Ce qui veut dire que notre entreprise reçoit les produits qui viennent généralement par voie d’importation. Depuis l’incendie de la Sonara, nous tournons uniquement à partir des importations. Nous sommes livrés à travers des tankers et nous stockons les produits pétroliers dans nos différentes cuves. Nous les déchargeons ensuite pour la mise à la consommation par les marketeurs à travers les transporteurs qui les amènent vers les points de consommation.

Vous ne parlez pas du contrôle qualité effectués par vos services….

Lorsque nous recevons les produits pétroliers venant de quelque origine que ce soit, les contrôles sont effectués à la porte d’entrée, donc au port, par les institutions et les laboratoires agréés pour le contrôle qualité. Vous savez bien que les produits pétroliers au Cameroun sont régis par les normes. Ceci est vrai pour le gazole, le super, le jet… nous avons des normes internationales et les normes camerounaises qui nous servent de boussole. Ce n’est que lorsqu’on a fini de contrôler la quantité, la qualité du produit, que nous le recevons dans nos bacs. En ce qui concerne le déchargement ou le chargement des produits pétroliers, la procédure veut que lorsqu’un camion entre dans notre dépôt, la première des choses consiste à vérifier la conformité de l’état du camion. Si le camion contient des impuretés dans son réservoir, la première action menée par nos services est de les purger. Ceci fait, nous procédons au chargement en présence du conducteur du camion qui, à la fin de l’opération, le scelle luimême avant la sortie du dépôt. Lorsque les opérations de sortie se font donc, un document est remis au conducteur du camion pour attester de la qualité, de la quantité du produit pétrolier et un bon de livraison lui est établi et ce bon est signé par toutes les parties en place. Ce n’est qu’en ce moment que le camion peut quitter les installations de la SCDP. Après cette phase, la responsabilité de la SCDP ne peut plus être engagée.

A la lumière de ces explications, comment peut-on justifier l’incident de samedi dernier ?

Vous m’amenez sur un terrain qui n’est pas le mien. Mais je dois quand même dire qu’après cette procédure au niveau de la SCDP, une autre procédure exige que, lorsqu’un camion citerne arrive dans un point de vente, des dispositions soient prises. A ce niveau, la procédure tourne autour de la vérification en termes de densité, de qualité du produit, de quantité et si possible, s’il arrivait qu’il y ait de l’eau, parce que dans le cas d’espèce, on parle d’un mélange d’eau, la première opération que tout marketeur, tout camion fait, que ce soit dans les stations services et je vais vous dire que même dans nos dépôts pétroliers, vous savez que les camions prennent les produits pétroliers ici à Douala et les ramènent dans les différents dépôts pétroliers ou alors les camions s’approvisionnent à partir du point de Limbe pour acheminer les produits pétrolier à Bafoussam ou dans le Sud- Ouest, la même procédure doit être respectée. C’est une exigence de la loi qui doit impérativement être respectée. Maintenant, s’il y a de l’eau, parce que là aussi il faut faire une différence entre le frelatage et la présence de l’eau, on procède à une purge. La densité de l’eau étant plus élevée, l’eau se met au fond de la cuve ou d’un réservoir et on a le temps de purger cette eau pour avoir un produit de bonne qualité. Mais j’aimerais vous dire que si on trouve ce genre de problème dans un camion, on ne peut même pas décharger le camion dans une station-service.

Les consommateurs peuvent continuer à faire confiance aux produits pétroliers sortis de vos dépôts?

Je tiens à rassurer les uns et les autres, marketeurs comme consommateurs sur la qualité de nos produits pétroliers. Les produits qui sortent de la SCDP sont de très bonne qualité. Comment pourrait-il en être autrement lorsqu’on connaît les exigences de notre clientèle. Le camion dont on parle est parti de la SCDP, le vendredi à 17h et l’incident survient samedi à 8h. Rien que pour la journée de vendredi dernier, nous avons servi du carburant venant de la cuve numéro 9. Et nous en avons servi pour six cent mètres cube à neuf marketeurs différents. Nous n’avons pas eu de mauvais retour sur la qualité de nos produits sur tout ce réseau. Que les consommateurs ne cèdent pas à la panique et fassent confiance à la SCDP. Nos produits sont testés par les laboratoires de la Sonara, la SGS, et nous avons Hydrac qui est sur le terrain pour vérifier la qualité des produits qui sortent de nos dépôts.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category