Santé : les prématurés aux petits soins

Dans les hôpitaux publics et privés, des dispositions sont prises pour le suivi efficace de ces bébés très vulnérables.

Selon les spécialistes, est considéré comme prématuré, tout enfant né avant 37 semaines d’aménorrhée. Soit avant le début du 9e mois de grossesse. Ceci parce que la durée moyenne d’une grossesse normale est de 40 semaines. C’est le cas de Louis B., né à seulement 28 semaines. Cela fait 26 jours qu’il est hospitalisé bien au chaud dans sa couveuse au service de néonatalogie du Centre hospitalier de la CNPS à Essos, à Yaoundé. Placé sous oxygène dès sa naissance, puis transfusé, ce nouveauné souffre actuellement d’une infection sanguine appelée septicémie. Ses jours sont cependant hors de danger, à en croire le personnel médical. Dans cette bataille pour la survie, trois autres bébés nés prématurément à 30 et 32 semaines sont aussi dans des couveuses. Tous sont sous oxygène. Ici, toute une équipe se relaie nuit et jour pour que ces enfants nés trop tôt puissent grandir. Trop jeunes pour prendre les biberons, les prématurés sont nourris grâce à des sondes. Et parce qu’aucune machine ne pourra jamais remplacer une maman, les bébés peuvent profiter des visites de leurs parents toutes les trois heures. De quoi rétablir le lien mère-enfant. « Ma fille est née à 32 semaines, c’està- dire à sept mois de grossesse. Le plus dur c’est de sortir de la maternité sans son enfant. Il y a un sentiment d’abandon. Et surtout, la prise en charge est extrêmement coûteuse », confie une mère. Le service de néonatalogie de ce centre hospitalier dispose d’une capacité de sept couveuses et accueille entre 25 et 40 naissances précoces chaque mois. « La majorité des nourrissons que nous accueillons sont nés avant terme ici. Lorsqu’il y a une naissance de ce type, la salle d’accouchement nous l’annonce et nous apprêtons la table radiante, la couveuse et un incubateur pour réchauffer le bébé. Une fois arrivé, on l’installe, ensuite on lui met une voie veineuse », explique Dr Annie Carole Nga Motazé, pédiatre. En ces lieux, l’on indique que moins de 10% de décès sont recensés chaque mois et la prise en charge n’est pas à la portée de tous les parents. « Lorsqu’un bébé arrive ici à 28 semaines et y passe un mois ou deux, le montant des soins dépend de ce qu’il a eu comme problème tout au long de son séjour. Les coûts supportés par les parents oscillent entre 500 000 F et un million de F. D’où la difficulté pour eux de régler la facture au sortir de l’hôpital », révèle un pédiatre.

Le Centre hospitalier universitaire de Yaoundé (CHU), dispose lui aussi de sept couveuses. Actuellement, un seul prématuré se trouve dans la couveuse au service de néonatologie. La responsable indique cependant recevoir environ 30 cas chaque mois et la durée de leur hospitalisation peut parfois dépasser trois mois. « De 28 à 32 semaines, c’est la grande prématurité et elle est difficile à gérer parce que la prise en charge est assez difficile. Ces bébés sont très vulnérables et sensibles aux infections », explique une infirmière de la néonatologie.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category