Arabie Saoudite : la production de pétrole réduite

Une attaque terroriste a incendié deux importants champs pétroliers samedi, 14 septembre 2019, créant des dégâts énormes chez le plus gros exportateur mondial.

La production de pétrole de l’Arabie saoudite, le plus gros exportateur mondial de l’or noir, est temporairement réduite de moitié après une attaque de drones sur deux importants sites : Abqaïq et Khurais. Le site d'Abqaïq, situé à 60 km au sud-ouest de Dahran, est le principal siège du géant pétrolier Aramco et abrite la plus grande usine de traitement de pétrole au monde. Khurais, à 250 km de Dahran, est l'un de ses principaux champs pétroliers. L’attaque qui a eu lieu samedi dernier, 14 septembre est revendiquée par les rebelles yéménites. Elle a provoqué de graves incendies. Une action aussitôt condamnée par les États-Unis qui accusent l’Iran d’en être responsable. La gravité de l’incident a occasionné la suspension provisoire de la production sur les deux sites touchés, ce qui représentent environ 50 % de la production totale d’Aramco. Ces installations temporairement mises à l’arrêt produisent en temps normal 5,7 millions de barils par jour, soit environ 5 % de la production quotidienne mondiale de brut. C'est dire à quel point la perturbation sera ressentie aux quatre coins de la planète. « En fonction de l'ampleur des dégâts et d'éventuelles pannes, Aramco utilisera ses plans d'urgence en puisant dans ses stocks. Il pourrait y avoir des ruptures d'approvisionnement », a expliqué Samir Madani, co-fondateur du site de suivi du transport maritime Tanker Trackers». L'attaque intervient alors qu'Aramco prépare son introduction imminente en bourse. Une enquête a été ouverte et les autorités ont renforcé la sécurité autour des deux sites visés.

Cette attaque, troisième du genre en cinq mois, n'a fait aucun blessé et les deux incendies ont été maîtrisés. Toutefois, celle-ci est la première avec de telles conséquences. Les répercussions sur les marchés pétroliers ne se ressentiront pas tout de suite, car les cours du pétrole et les prix à la pompe sont décalés de deux à trois mois. D'ores et déjà, les sources crédibles affirment que les États-Unis ont bien l'intention de pallier cette situation. Ils sont prêts à puiser dans leurs réserves pétrolières d'urgence pour maintenir les prix du pétrole.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category