Distribution de l’électricité : Bafoussam va fournir des poteaux en bois

L’annonce a été faite lors de la visite du ministre Jules Doret Ndongo jeudi et vendredi derniers dans la région.

Planter un arbre et l’arroser. C’est le geste qu’a accompli, en plein cœur de la réserve de Baleng par Bafoussam, le vendredi 20 septembre dernier, le ministre des Forêts et de la Faune (Minfof). Jules Doret Ndongo, préparait ainsi la régénération de cette forêt d’eucalyptus de  309 hectares, qui regorge d’environ 18 000 à 20 000 arbres pouvant être coupés et exploités comme poteaux bois pour la distribution de l’énergie électrique à travers le pays. D’ailleurs, le directeur général d’Eneo, la société en charge de cette distribution, a sollicité que soient mis à disposition environ 50 000 d’eucalyptus à exploiter comme poteaux bois. Cette sélection sera faite dans les réserves de la région de l’Ouest, pour combler le déficit créé par la situation sécuritaire dans la région du Nord-Ouest, jusqu’ici principale pourvoyeuse en poteaux bois. L’urgence d’alimenter les ménages en électricité s’imposant, il a été demandé à cette entreprise de remplir prioritairement les préalables d’une gestion durable de la ressource ligneuse. 
L’exemple de protection et de préservation de nos forêts a été donné lors de la visite d’inspection que le ministre a effectuée les 19 et 20 septembre dernier dans la région de l’Ouest. Le souci de la préservation des essences et leur exploitation parcimonieuse étant au cœur de cette descente sur le terrain. Ce périple a commencé par la visite des services déconcentrés du Minfof à Bafoussam. 
L’attention Jules Doret Ndongo a également été portée sur  la pépinière centrale de Bafoussam. Un espace d’un hectare exploité par l’Agence nationale d’appui au développement forestier (Anafor) pour produire des jeunes plants sélectionnés qui seront utilisés pour densifier l’espèce faunique et la quantité des arbres. Selon Christian Sime, chef d’antenne régionale de l’Anafor pour l’Ouest, l’Adamaoua et le Nord-ouest, en application des multiples conventions signées, l’Agence produit et livre annuellement, sur le plan local, environ 100 000 plants aux communes, aux communautés, aux organisations et aux particuliers qui le sollicitent. Un atout permettant au Cameroun, signataire de plusieurs conventions internationales visant la protection de la biodiversité, de maintenir le juste milieu entre la protection des espèces fauniques, de ses forêts et l’exploitation des certaines essences pour le bien-être social et économique. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category