Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

Société

CHRACERH : cinq bébés agrandissent la famille

Les naissances ont eu lieu le 24 septembre 2019 au sein de la formation sanitaire spécialisée dans la prise en charge de l’infertilité dans les couples.

Deux garçons, trois filles. Et la joie de ça ! Il n’y a que des mères ayant connu l’épreuve de l’infertilité et leurs corollaires humiliations, moqueries pour en connaître le goût. Elisabeth L., 56 ans, en a la gorge nouée. Et à la fois, des larmes et des étoiles dans les yeux. « Cela fait des années que je cherche à avoir un enfant sans succès. En 1998, j’avais été opérée pour des fibromes. Mes multiples tentatives pour concevoir par la suite n’ont abouti à rien. Mais Dieu s’est souvenu de moi cette année et je lui donne toute la gloire. Je lui rends grâce pour la vie du président de la République, Paul Biya, et son épouse, Mme Chantal Biya, qu’il a inspirés pour la création de ce centre spécialisé », a-t-elle déclaré au sortir du bloc opératoire où elle a subi une césarienne, heureuse de faire connaissance avec sa fille. Elisabeth L. a ainsi inauguré une longue journée de césariennes le 24 septembre 2019 à 7h40, donnant des raisons de célébrer aux membres de sa famille l’ayant accompagnée depuis Bafut, dans le Nord-Ouest, pour cet ultime virage. Vont lui succéder sur le billard, Catherine N., 51 ans, Awashuri G., 46 ans, Marie N., 45 ans, et Pascaline S., 38 ans. La sixième maman programmée n’a pas eu le temps d’arriver au Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh). Le travail s’étant déclenché aux premières heures hier, elle a donné naissance à des jumelles dans un hôpital de Douala. Une belle moisson avec des nouveau-nés tous en bonne santé, pesant entre 2Kg800 et 3Kg100. A la satisfaction de tous, familles et équipe médicale.

« Ce serait une promotion d’une école de formation professionnelle que je la baptiserai volontiers « Promotion vivre ensemble ou Grand dialogue national », car vous avez des patientes qui viennent de différentes aires culturelles du pays pour tirer profit de tous les bénéfices qu’offre ce don du couple présidentiel », plaisante, le coeur léger, Pr Jean Marie Kasia, directeur général du Chracerh, après que tout se soit bien passé. « Plus sérieusement, nous avons juste eu un petit souci, d’ailleurs vite maîtrisé, avec la patiente la plus âgée présentant quelques problèmes d’hypertension. Pour le reste, tout va bien : les bébés ne présentent aucune malformation, aucun handicap », a-t- il ajouté. Des propos soutenus par Dr Epéé, la pédiatre. Un heureux dénouement donc pour ces mères affectées, selon les cas, par des problèmes d’ovulation, trompes bouchées, myomes localisésà l’intérieur de l’utérus ou d’oligospermie du conjoint. Comme pour la plupart des patientes dans cet hôpital, leurs grossesses font suite à la fécondation in vitro. Avec les naissances d’hier, le Chracerh a atteint le cap de 150 bébés- éprouvette.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps