Un tournant décisif

Le Grand dialogue national convoqué par le président de la République, Paul Biya, est le cadre idéal pour trouver des solutions appropriées afin de sortir le Cameroun de la crise qui sévit depuis près de trois ans dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Crise qui met en péril la sécurité et le bien-être des populations qui y vivent, mais a également de profondes conséquences sur l’ensemble de la communauté nationale.

Ce dialogue est à l’image des concertations africaines sous l’arbre à palabres. N’oublions pas qu’en Afrique, le linge sale se lave en famille. Lorsque les frères et les soeurs se réunissent, le consensus émerge. Les uns et les autres trouvent des solutions appropriées à leurs préoccupations. Initié par le président de la République, chef de l’Etat, chef de la Nation et garant du bon fonctionnement des institutions républicaines, le Grand dialogue national a vocation à réussir. Car ce sont les Camerounaises et les Camerounais, eux-mêmes, qui se concertent pour trouver des solutions idoines à leurs soucis. Sans médiation. Sans aucune ingérence extérieure. Mieux que quiconque, les Camerounais, dans une écrasante majorité, matures et responsables de leur destin, sont persuadés que le temps est venu pour sortir de cette crise qui endeuille de nombreuses familles, empêche les enfants d’aller à l’école, perturbe le fonctionnement des entreprises et des administrations, plombe le progrès des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et ralentit le développement de la Nation. A l’évidence, le sort du Cameroun n’est pas destiné à la fragilisation de certaines de ses régions mais plutôt à la consolidation de leurs acquis et partant, à la construction permanente de l’ensemble du territoire. Mais aussi à l’élevation et à la conquête des lauriers. Quand bien même le pays serait victime des aléas de l’histoire et de la géographie, il doit pouvoir rebondir. Le Cameroun, le «berceau de nos ancêtres », a vocation à rester debout quelles que soient les vicissitudes. Quelle que soit la diversité culturelle, linguistique et sociologique de notre pays. Le président de la République, Paul Biya, observait à juste titre le 18 janvier 2019 lors de s...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category