Réformes des finances publiques : la Cemac s’évalue

Les pays de la sous-région étaient réunis hier à Yaoundé pour faire le point des avancées et des chantiers à explorer pour une meilleure gestion des comptes.

Depuis décembre 2017, les institutions nationales et autres entités sociales ne s’étaient plus retrouvées dans le cadre du comité de pilotage des réformes des finances publiques. Une rencontre qui avait abouti à l’élaboration du plan global de réformes de la gestion des finances publiques (2019-2021). Hier donc, c’est dans le cadre de la 9e session de ce comité que responsables d’administrations publiques, société civile, hauts responsables des ministères se sont retrouvés autour du secrétaire général du ministère des Finances, représentant personnel de Louis Paul Motaze. Une rencontre à plusieurs enjeux donc. Il s’agissait de faire le point de l’avancée des réformes dont le but est la modernisation et la transparence de la gestion des finances publiques, en conformité des exigences internationales et nationales. « Nous avions un plan qui a été arrêté. Il s’agit de voir jusqu’où nous sommes allées dans la mise en œuvre de ce plan. Nous pouvons dire que beaucoup a été fait. Nous avions l’obligation de nous arrimer aux directives de la Cemac sur les finances publiques, aujourd’hui la presque totalité des directives ont été adaptées à notre corpus juridique national. Il reste un seul texte sur la comptabilité publique qui est en cours de validation.», a indiqué Gilbert Didier Edoa, le secrétaire général du Minfi. 
Les avancées sont perceptibles au niveau des textes mais aussi du fonctionnement du processus budgétaire. La publication du calendrier de préparation et d’exécution budgétaire dont découle l’organisation du premier débat d’orientation budgétaire en est une parfaite illustration. Une innovation qui a permis au parlement et au gouvernement de plancher sur les orientations de politiques publiques du prochain triennat dans le cadre de la préparation de la loi de finances 2020. On peut aussi citer la tenue des premières conférences élargies de programmation et de performance associée. Une avancée est aussi perceptible au niveau de la gestion des systèmes d’information.
Si beaucoup a été fait, les chantiers à venir ont également retenus l’attention des participants à cette réunion. Il s’agit entre autres de la mise en place du comité de cadrage macroéconomique et budgétaire, de l’adoption d’un nouveau cadre juridique des contrats de partenariats public-privé, la réalisation dans les délais de l’audit indépendant annuel sur le système de passation des marchés publics. « Ce comité nous a donné l’occasion de nous adresser à tous les acteurs parce que la réforme a besoin que les acteurs soient commis et engagés pour leur mise en œuvre qui vont transformer la qualité de nos finances publiques pour la prise en compte des besoins des citoyens », a conclu le Sg. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category