Coopération Cameroun-Union africaine : la recherche scientifique à renforcer

L’amélioration du rendement agricole grâce aux fruits de la recherche était au centre de l’entretien entre Madeleine Tchuinté et la commissaire Sarah Anyang Agbor, mardi, 8 octobre 2019.

Madeleine Tchuinté, ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi) a reçu, mardi dernier, le Pr Sarah Anyang Agbor, commissaire des ressources humaines, sciences et technologies à la Commission de l’Union africaine (UA). D’après le Minresi, l’objectif majeur de l’audience était de dresser un état de la recherche-innovation au Cameroun avec l’appui de l’UA. En effet, le Cameroun et l’UA se sont mis ensemble pour contribuer au financement des projets des chercheurs camerounais. Selon Sarah Anyang Agbor, « les chercheurs camerounais sont compétents et compétitifs. C’est pourquoi le Cameroun ne doit plus importer ni le poisson, ni le riz, ni l’huile de palme. Le Cameroun ne peut pas se développer en important les résultats de recherche des autres pays ». Ce que corrobore Madeleine Tchuinté en affirmant que le pays compte au moins dix-huit variétés de haricot et de maïs, entre autres.

« Sur le plan régional, national, international, l’on nous démontre qu’aucun pays au monde ne peut se développer sans la recherche, sans l’innovation, sans l’enseignement supérieur et la formation professionnelle. On ne peut se développer que sur nos recherches et innovations endogènes », a souligné le Minresi. A cet effet, le pays ne doit plus importer, mais investir dans les projets internes pour des résultats meilleurs. Les Camerounais doivent s’habituer à consommer ce qu’ils produisent et à produire ce qu’ils consomment. Une centaine de chercheurs a été sélectionnée pour élaborer des projets qui correspondent aux besoins de la population. Cette résolution du Cameroun et de l’UA vise à transporter le Cameroun vers l’émergence à travers les résultats de la recherche.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category