Musique : Gaby Shunt et la paix chantée

L’auteur de « Lets be One » vient de sortir « Love Cameroon », maxi single de quatre titres.

« Ce que vous faites n’est pas au nom de la paix. Arrêtez de trahir votre mère patrie ! » Dès les premières paroles, le ton est donné. Le dernier opus en date de l’artiste Gaby Shunt se veut interpellateur. Un cri, non pas dans le désert, mais en direction des cœurs désertés par la paix. Une invitation chaleureuse à faire fondre la glace entre enfants d’un même pays, dont la différence de langue ne saurait être une barrière sur le chemin de l’unité. Mais un ingrédient savoureux de cette diversité qui les enrichit tous.
Alors, dans la première chanson, « Anglos na Francos », le chanteur lance un appel : il demande d’arrêter de terroriser, de brûler. « Stop raping, stop kidnapping, stop killing ! » La plage suivante, « Bloodshed no more » (qu’on peut traduire par « Stop aux bains de sang »), la tonalité est la même. L’artiste, de la voix poignante qui est la sienne, chante comme on prierait. Comme s’il psalmodiait. Pour l’arrêt de la barbarie dans les parties du pays meurtries par l’instabilité. Afin que dans les esprits et dans les cœurs, un jour nouveau se lève éclairé par le soleil de l’amour.
« One love One People », clame l’opus pour son troisième titre, clairement un des plus aboutis. Servi par un tempo entraînant, fusion de reggae-pop mâtinée de RnB, Gaby Shunt joue sur la fibre patriotique, appelle encore une fois à l’unité, et dit combien il est triste de voir des frères se combattre, des sœurs se haïr…
L’album « Love Cameroon », produit par Shunt Corp, a réuni autour de l’auteur-compositeur et interprète Gaby Shunt d’autres artistes comme Joe Bass, Simplis Guitar, Blaise Strings, Sango Edi, etc. La sortie de cet opus s’inscrit dans le cadre d’un déploiement plus vaste, le lancement de l’association « Love Cameroon » (qui a reçu son récépissé de déclaration en janvier 2019), laquelle vise, entre autres objectifs, à promouvoir et renforcer le sentiment d’appartenance des Camerounais à une même nation par les œuvres d’art en général et la musique en particulier.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category