Profil : de taximan à producteur de fruits

Serge Bertin Mvondo Bidima a bravé de nombreux obstacles pour se retrouver dans l’agriculture.

Ancien chauffeur de taxi dans la ville de Yaoundé, Serge Bertin Mvondo Bidima est aujourd’hui agriculteur. Plus précisément producteur de fruits tels que la pomme, le raisin et la fraise et ce depuis trois ans. Mais avant de devenir celui qu’on connaît sur les réseaux sociaux comme Rahmane Bidima, son parcours a été semé de nombreuses embuches. Son aventure commence il y a quelques années, alors qu’il veut se rendre en Europe. Il vend son véhicule et décide de se lancer sur la route de l’Europe en traversant le désert du Tchad et du Niger pour rejoindre le Maroc. Malheureusement, la première tentative se solde par un rapatriement. Quelque temps après, il essaie de passer par la mer et se retrouve dans un bateau comme passager clandestin. Malheureusement, rien ne se passe comme il espérait. Serge Mvondo décide alors de se lancer dans l’agriculture.
A force de discuter avec d’autres cultivateurs, Serge Bertin commence par louer 100 m2 de terre où il plante tout d’abord des haricots et des arachides. Les débuts sont très difficiles, et s’accompagnent de nombreux échecs. Mais grâce à des informations qu’il collecte sur Internet, l’homme finit par maîtriser les techniques de production agricole. Il cultive la pastèque, la tomate, les choux et bien d’autres légumes,  mais il veut aller plus loin.  Fasciné qu’il est par l’Europe et à défaut d’y aller, l’homme se lance dans des expériences culturales occidentales pour avoir un peu de ce continent. La culture du raisin, de la pomme et de la fraise qui selon lui, répondent au climat tropical du Cameroun lui portent alors bonheur. Grâce à Internet, il recueille des informations sur les bonnes pratiques agricoles de ces cultures. Un partenariat avec les agriculteurs d’Espagne et d’Israël est même noué. Auprès de ces collègues, Serge Bertin Mvondo Bidima reçoit les plants avec lesquels il tente plusieurs expériences dans la ville de Koutaba et de Foumbot. Et il débute la culture des raisins avec une dizaine de pieds en dépensant environ 200000 F. Aujourd’hui la demande est grandissante et le producteur qui vend un fruit à 50 F ou 100 F, ne regrette rien. Il est plutôt fier de son parcours. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category