Extrême-Nord : l’ambassadeur de France sur le terrain

En bonne place dans cette descente sur le terrain de Christophe Guilhou, la visite des projets réalisés par le PNDP, sur financement français.

La bourgade de Djagalaye, dans le canton de Meskine, arrondissement de Maroua 1er  était en fête le vendredi 11 octobre 2019. C’était à la faveur de l’inauguration, par Christophe Guilhou, ambassadeur de France au Cameroun, du magasin de stockage construit dans cette localité. Il s’agit d’un projet à haute intensité de main d’œuvre, réalisé avec le Programme national de développement participatif (PNDP), avec l’appui financier du Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne en délégation de gestion par l’Agence française de développement
Il s’agit d’un bâtiment pouvant contenir 2000 m3. La construction de cet ouvrage d’un coût total de 44, 567 millions de F a donné de l’emploi à 100 locaux. Ces derniers ont préalablement suivi une formation assurée par la mission de promotion des matériaux locaux. Elle concernait notamment la fabrication des tuiles et des briques de terre ; des matériaux avec lesquels cet ouvrage a été réalisé. Ce magasin s’étend sur 1750 m2 et comporte un bureau et une salle d’eau. Cette cérémonie a eu lieu en présence de la coordinatrice nationale du PNDP et du directeur de l’AFD au Cameroun. Le lamido de Meskine a saisi l’occasion pour élever l’ambassadeur de France au titre honorifique de Premier conseiller.
Avant cette étape, Christophe Guilhou et son équipe se sont  rendus à Gazawa, toujours dans le département du Diamaré. Dans cette localité, le diplomate a pu toucher un doigt cet autre projet à haute intensité de main d’œuvre : le marché à bétails provisoirement réceptionné en 2015. Cet ouvrage de 44,256 millions de F a été cofinancé par le PNDP (3,731 millions de F) et la commune (5,524 millions de F). Ce marché à bétails comprend, entre autres, un parc à bétails, un quai d’embarquement, un forage avec des abreuvoirs. Christophe Guilhou s’est réjoui non seulement du fait que cet investissement à haute intensité de main d’œuvre a permis la création de nombreux emplois, mais qu’il apporte des recettes à la commune. En effet, dans son allocution, le maire de Gazawa a révélé que ce marché hebdomadaire rapporte en moyenne des recettes communales et vétérinaires de 150 000 F chaque jeudi. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category