Education à la sexualité : des enseignants à l'école

Un atelier de renforcement des capacités des enseignants organisé récemment à Douala.

L’Organisation des Nations unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco) a organisé du 8 au 10 octobre derniers à Douala, un atelier de renforcement des capacités des formateurs, enseignants et personnels d’encadrement sur l’utilisation du guide pédagogique pour le développement des compétences en éducation à la santé reproductive, au Vih et au sida. Et pour plancher sur le sujet autour des délégués régionaux des Enseignements secondaires du Littoral (Guillaume Edjang Njenji), de l’Education de Base (Yvette Mpessa épouse Kombou), du Dr Bruno Dzoumesse, coordonnateur Unesco, des représentants du ministère de la Santé et des inspecteurs nationaux de pédagogie.
Pour le Dr Bruno Dzoumesse, cet atelier visait, à travers  le concept Education complète à la sexualité (ECS), à donner aux enseignants tous les atouts pour parler sexualité avec leurs élèves. C’est un processus d’enseignement et d’apprentissage fondé sur un programme portant sur des aspects cognitifs, émotionnels, physiques et sociaux de la sexualité. Et il s’agit de doter les enfants de connaissances factuelles, de compétences, attitudes et valeurs leur donnant les moyens de s’épanouir dans le respect de leur santé, bien-être et dignité, de développer des relations sociales et sexuelles respectueuses, réfléchir à l’évidence de leur choix sur leur bien-être et celui des autres et  enfin, comprendre leurs droits et les défendre tout au long de leur vie.
Ce qui passe, pour les enseignants, par un travail de prévention formelle et informelle basé sur les droits humains, l’égalité de genre et fondé sur un programme progressif, adapté à l’âge et au stade de développement de l’enfant, culturellement pertinent et adapté au contexte. Un sacré saut qualitatif, quand on sait que les indicateurs laissent perplexes. 127% de taux de fertilité chez les femmes de 15-24 ans ; 16% de rapports sexuels avant 15 ans ; 59% d’utilisation de préservatif chez les 15-24 ans.
C’est ainsi que l’Unesco a procédé depuis juillet 2019 à la revue des programmes, interventions et outils d’éducation sexuelle afin de renforcer la compréhension des parties prenantes sur le concept d’ECS et faire une analyse du  niveau de sa prise en compte dans les programmes de maternelle, primaire, secondaire et de formation des enseignants. L’objectif de l’atelier, à savoir, renforcer les capacités des formateurs des enseignants sur l’utilisation du guide pédagogique pour le développement des compétences en éducation à la santé reproductive, au vih et sida, a été atteint. Reste aux participants à se l’approprier et en faire bon usage, selon le vœu du régional Minesec du Littoral, Guillaume Edjang Njenji.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category