Innovation : Voici l’Agropad !

Le système d’irrigation solaire à distance a été présenté au ministère de la Recherche scientifique hier à Yaoundé.

Avec l’Agropad, il est possible de contrôler le système d’irrigation de son champ où que vous soyez. Le système d’irrigation solaire mis au point par le Camerounais Erik Gyslain Tiam a été présenté mercredi 16 octobre 2017 au ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation. C’était au cours de la 4e édition 2019 de la journée baptisée « Mois de la recherche ». Pendant trois heures, l’ingénieur de 35 ans a expliqué les différents atouts de ce projet qui a récemment été exposé au Salon de l’innovation technologique à Paris, parmi les douze meilleures start-up mondiales. « Nous installons des capteurs dans une surface cultivée. Ces capteurs renseignent en permanence le téléphone portable de son utilisateur sur les besoins en eau de son champ. Lorsque les capteurs notent une insuffisance, les canaux d’irrigation se mettent en marche et ravitaillent l’étendue du champ en quantité d’eau nécessaire. La batterie du système d’irrigation peut fonctionner ainsi pendant quatre jours en l’absence de soleil », explique le promoteur de l’Agropad. Un kit qui fonctionne avec ou sans internet sur tous les types de téléphones et répond ainsi aux besoins des agriculteurs. « Le taux de pénétration de la téléphonie mobile au Cameroun est de 90%. Le potentiel agricole irrigable évalué à 240 000 Ha est sous exploité. C’est à partir de ces données que nous avons entrepris de mettre sur pied l’Agropad», indique-t-il.


Read also : Commercialisation des produits artisanaux : comment améliorer le circuit

Grâce à son autonomie, l’Agropad réduit les besoins en en ressource humaine. Il s’étend aussi à l’élevage et permet aux bergers de contrôler la position de leurs bétails ainsi que leurs besoins, grâce à des puces intégrées et des capteurs.


Read also : Paiements des services relatifs au Vih-Sida : le Cameroun et Onusida en phase

Déjà expérimenté dans des plantations, l’Agropad nécessite néanmoins des fonds pour se positionner sur le marché local. « Les prix que nous avons remportés jusqu’ici ne nous ont pas encore permis d’avoir suffisamment de fonds. Nous avons besoin de 25 millions de F comme fonds de roulement pour lancer notre entreprise et produire à des prix compétitifs », révèle Erik Gyslain Tiam, promoteur de la start-up Global eneregy.


Read also : Ressources halieutiques : on monte au filet pour la crevette

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category