Qualité du carburant : des contrôles inopinés en vue

Opérations annoncées ce 16 octobre à Douala par le Dg de l’Anor lors d’une sensibilisation d’acteurs du secteur.

Des contrôles inopinés dans les stations- service devraient être lancés sous peu à travers le pays. L’annonce en a été faite à Douala hier, 16 octobre, par le directeur général de l’Agence des Normes et de la Qualité (Anor). Charles Booto à Ngon s’exprimait ainsi face à la presse peu après avoir lancé un atelier de sensibilisation et de formation des parties prenantes du secteur pétrolier. Thème des échanges : « Exigences et spécifications minimales des normes camerounaises rendues d’application obligatoire pour les produits pétroliers ».

Une opération qui intervenait après des actions similaires menées à l’endroit des acteurs du secteur cosmétique puis du secteur textile, et se déroulait dans un contexte marqué par de nouvelles alertes au carburant frelaté – entre autres préoccupations. Autre élément de contexte, l’entrée en vigueur, le 10 novembre prochain, de l’arrêté du Minmidt rendant obligatoire, pour tout produit pétrolier importé ou fabriqué, le respect des normes camerounaises y relatives.

« Pour ceux qui ne vont pas se conformer au respect de ces normes, il y aura des sanctions (…) dès lors que sur un marché un opérateur économique n’aura pas de certificat de conformité, il sera sanctionné », a relevé le Dg de l’Anor. Avant d’ajouter que « des contrôles inopinés seront désormais faits dans les stations d’essence. Parce que le produit peut être au départ de bonne qualité, mais arrivé fois à la station, on le frelate en le mélangeant à autre chose. »

Hors des stations service, il y a d’autres « brebis galeuses », selon l’expression employée par Charles Booto à Ngon, pour qui « le secteur présente un tableau peu reluisant ». Ainsi, outre le carburant frelaté, des problèmes de pollution et de mauvaises conditions de transport, de stockage et de manipulation des produits pétroliers se posent. Autant de préoccupations à résoudre pour les pouvoirs publics, afin de préserver la santé des populations et l’économie nationale face au danger des produits de qualité douteuse et autres produits contrefaits.

Les travaux de mercredi, 16 octobre 2019 se sont articulés principalement autour de deux exposés : « La normalisation dans le secteur des produits pétroliers au Cameroun » et « Les spécifications et exigences des normes camerounaises des produits pétroliers ».

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category