Accident ferroviaire d’Éséka : la Stèle du souvenir prend corps

Trois ans après le tragique événement du 21 octobre 2016, une délégation du ministère des Arts et de la Culture s'est rendue sur les lieux hier pour évaluer l’état d’avancement des travaux.

Peu à peu, le mémoriel prend forme. Pour qu’Éséka n’oublie pas, pour que les Camerounais se souviennent de cet endroit où plus de 79 compatriotes ont perdu la vie et 551 autres ont été blessés. C’était lors d’un accident ferroviaire survenu le 21 octobre 2016. Trois ans plus tard, l’édifice consacré à cet événement se met progressivement sur pied. A Éséka dans le département du Nyong-et-Kellé, à environ 125 km de Yaoundé, les habitants semblaient avoir oublié cette date anniversaire du 21 octobre. Pourtant, la Stèle du souvenir s’érige pierre après pierre. Pour le vérifier, une délégation du ministère des Arts et de la Culture s’est rendue sur les lieux pour évaluer l’état d'avancement des travaux.
Plus d’un an après la pose de la première pierre le 18 septembre 2018, le gros œuvre est visible. « L'œuvre est divisée en trois parties. La première, c’est la clôture qui est en béton avec du fer forgé. La deuxième concerne la stèle avec environ 120 m3 de béton. A l’arrière, ce sont les ouvrages connexes constitués du bloc sanitaire, d’un château d’eau, de trois points d’eau et d’un champ photovoltaïque. L'entreprise en charge des travaux est rendue à 65% pour 80% de consommation des délais », explique Alexis Nomo, ingénieur de génie civil à Espace Vital, maître d’œuvre du chantier. En effet, l’édifice laisse voir à sa façade arrière une forme de wagon. « Sur les côtés, seront disposés des babillards portant les noms des victimes de ce tragique accident », ajoute-t-il.
A ce jour, les travaux sont momentanément suspendus. Mais le ministère rassure quant à ce qu’à la reprise, tout devrait aller beaucoup plus vite. « Nous sommes fiers de constater qu’après de longues procédures, nous pouvons voir en grandeur nature le résultat des travaux effectués depuis un certain temps. S’il ne s'agissait que de réaliser l’œuvre, il y a longtemps qu’on aurait terminé ces travaux. Mais avant la réalisation proprement dite, il y a un ensemble de procédures », relève Théophile Eyango, inspecteur n°1 des services au Minac et chef de délégation. « Aujourd'hui, le plus important est que cette œuvre commence à prendre corps. Avec un peu d’effort et dans un avenir très proche, on aura la stèle mémorielle », assure-t-il. Quoiqu’il en soit, la stèle aménagée à proximité des rails et de la gare ferroviaire d’Eséka est mise à la disposition du public et des populations environnantes. Elles pourront s’y recueillir et y puiser de l’eau grâce aux accès donnant à l’extérieur.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category