Etat-civil : des lauriers pour le Cameroun

Outre la désignation d’Alexandre Marie Yomo comme président du Comité des directeurs africains de l’état civil, le pays a également obtenu deux prix décernés par la Banque mondiale.

Exit les travaux de la 5e Conférence des ministres africains chargés de l’enregistrement des faits d’état civil qui ont eu lieu du 14 au 18 octobre 2019 à Lusaka en Zambie. Près d’un millier de délégués, issus des pays membres de l’Union africaine ont pris part aux assises sur le thème « Des systèmes innovants d’enregistrement des faits d’état civil et d’établissement des statistiques de l’état civil : le fondement de la gestion de l’identité juridique ». Les travaux avaient pour objectif d’examiner les moyens d’adopter une approche intégrée et novatrice pour l’amélioration accélérée des systèmes d’enregistrement des faits d’état civil et d’établissement des statistiques d’état civil, et des systèmes nationaux de gestion de l’identification, afin de combler le fossé identitaire en Afrique, et de contribuer à la réalisation de la cible 16.9 des Objectifs du Développement Durable (ODD).

Ouverts par la vice-présidente de la Zambie, Inongue Wina, les travaux ont connu la participation de nombreuses personnalités africaines, dont la secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, Vera Songwe, et d’une délégation camerounaise conduite par le directeur général du Bureau national de l’état-civil (Bunec), Alexandre Marie Yomo.

Les travaux de la capitale zambienne ont débouché sur une demi-douzaine de recommandations portant notamment sur un appui et un engagement ferme des Etats et des partenaires au développement, y compris en ce qui concerne le financement en faveur des systèmes d’enregistrement des faits d’état civil et d’établissement des statistiques en la matière, comme fondement d’un système juridique solide et durable. On note également la volonté de l’adoption des solutions technologiques adéquates pour une amélioration des systèmes d’enregistrement des faits d’état civil ; l’harmonisation des législations en matière d’enregistrement des faits d’état civil et de gestion de l’identité numérique, en assurant notamment l’interopérabilité des systèmes, à l’aide de moyens informatiques appropriées.

A l’issue des travaux, le Camerounais Alexandre Marie Yomo a été désigné président du Comité provisoire des directeurs africains de l’état civil, organe mis en place par la Commission économique pour l’Afrique (CEA).

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category