Université catholique d’Afrique centrale : le challenge de performance

C’est sous ce signe qu'a été placée l’année académique officiellement ouverte hier à Yaoundé, en présence du représentant du ministre d'Etat, Minesup.

L’université catholique d’Afrique centrale veut entrer en compétition avec les meilleurs dans le monde entier. Pour cela, elle se met dans les conditions pour respecter les critères d’évaluation : employabilité pour les apprenants notamment, ancienneté de l’institution, scientificité à travers les prix et médailles attribués aux chercheurs de la structure, ainsi que l’interdisciplinarité et la notoriété de l’institut. Des critères rappelés par Mgr Jean Mbarga, archevêque de Yaoundé et grand chancelier de l’institution. Mercredi, 23 octobre 2019 était jour de rentrée officielle. Pour l’occasion, étudiants, enseignants, diplomates, entre autres invités, ont fait le déplacement. Le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, était représenté par Pr Richard Laurent Omgba, directeur du développement de l’enseignement supérieur au Minesup. Ainsi, l’année académique 2019- 2020 est remplie de défis. En premier, la mise sur pied d’une commission chargée du classement mondial de l’Ucac préconisée par Mgr Jean Mbarga. « Il est temps d’explorer cette tradition des classements des universités pour une saine compétition avec les autres et pour nous donner des étalons d’autoévaluation », a-t-il indiqué. Ensuite, cette exhortation du représentant du Minesup. Unique institut privé d’enseignement supérieur homologué au Cameroun, l’Ucac est invitée à prendre sous son aile, l’émergence des instituts catholiques universitaires diocésains qui en sont encore à leurs premiers pas. « Nous plaidons pour une synergie entre l’Ucac et les instituts diocésains afin qu’elle accompagne ses cadets dans l’atteinte des objectifs que l’Etat leur assigne », a relevé Pr Richard Laurent Omgba.

De toutes les manières, l’institution qui rassemble près de 5000 étudiants cette année, avait déjà bien entamé le processus. Elle envisage ainsi la création d’une unité de l’innovation et de la veille stratégique, l’extension du campus avec l’appui de l’Agence française de Développement, comme l’a indiqué le Pr. Jean Bertrand Salla, recteur de l’Ucac. Dans cette veine, la leçon inaugurale d’hier a d’ailleurs porté sur l’intelligence artificielle et a été dispensée par Pr Jean Robert Kala, enseignant à la faculté de sciences sociales et de gestion. Il en a indiqué les enjeux et les opportunités pour l’Afrique. Mieux qu'un concurrent, cette intelligence investie dans l’outil informatique se met au service de l’humain. L’Ucac prépare par ailleurs en décembre prochain le grand colloque sur la question migratoire.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category