Concours administratifs : ce qu'il faut changer dans l'organisation

Les responsables administratifs du ministère de la Fonction publique et des institutions partenaires se sont réunis mercredi, 30 octobre 2019 au cours d’un atelier afin de parfaire les contours du processus.

Les dysfonctionnements observés récemment dans la publication des résultats du concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam) ont fait les choux gras de la presse et des réseaux sociaux. Face à cette situation devenue récurrente, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph LE, a décidé de ne pas en faire un sujet tabou. C’est ainsi que près de 100 participants issus des différentes administrations ont pris part hier à Yaoundé, à un atelier consacré à leur imprégnation sur le processus d’organisation des concours administratifs des agents. Ceci dans la perspective de pallier les insuffisances observées dans la chaîne de l’organisation des différents recrutements des agents publics, au regard de la multiplicité des étapes et des acteurs qui interviennent dans ce processus.

Au cours des travaux présidés par le ministre Joseph LE, en présence du directeur général de l’Enam, Pierre Bertrand Soumbou Angoula, il a été clairement rappelé que le Minfopra est le bras séculier de l’Etat en matière de gestion des ressources humaines, dont le recrutement constitue la première étape. « Les concours administratifs constituent la principale modalité des agents publics. Pour cela, il s’agit aujourd’hui de permettre une meilleure maîtrise des différentes étapes et phases de leur organisation par les responsables des ressources humaines, du cadre institutionnel et des prérogatives des départements ministériels », a indiqué le ministre. Cette nécessité de sensibilisation des personnels cibles s’inscrit en droite ligne de la de modernisation de l’administration publique camerounaise avec pour finalité, la quête de la performance, la transparence, la qualité des ressources humaines et leur modalité de sélection. Les participants ont, entre autres, été édifiés sur la gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences des personnels de l’Etat et son intérêt, l’évaluation du niveau de prise en compte des pondérations suggérées par la politique de l’équilibre régional dans la préparation et la publication des résultats.

Au sortir de cette session de renforcement des capacités, le ministre Joseph LE attend l’élaboration d’un guide qui servira de boussole à l’avenir pour les responsables de la gestion des ressources humaines et à la transparence des activités de tous les contours sans exception. A cela se greffe la conception d’un nouveau dispositif qui permettra au Minfopra de s’arrimer aux standards internationaux en la matière.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category