Sangmelima-Djoum : la circulation rétablie

Suite à la rupture d’une buse, causée par des crues, des dispositions nécessaires ont été prises et la circulation est rétablie depuis le 30 octobre.

A la suite des intempéries, une buse a cédé au niveau de la déviation de l’axe Sangmélima-Djoum, au village Nko’o à 16 kilomètres de Djoum. Cet incident résulte des fortes pluies survenues ces derniers jours dans la région du Sud. Il était du coup impossible pour les usagers de regagner Sangmélima, en provenance de Djoum, et vice-versa, depuis le 29 octobre 2019. En effet, à la suite des intempéries, sur cet axe en chantier du linéaire Sangmélima-Ouesso au Congo, une partie de la chaussée s’est affaissée causant l’arrachement de la buse. En attendant qu’une situation définitive soit trouvée, alors que le tronçon Sangmélima-Djoum, long de 105 kilomètres, est toujours en chantier, les équipes regroupées par l’entreprise Arab Contractors, chargée des travaux sur le tronçon, ont évalué l’ampleur des dégâts et se sont immédiatement mises au travail, pour rétablir cette voie de contournement ouverte à cause de la construction d’un dalot sur la rivière. 
D’après Bomba Agbor, coordonnateur de l’unité de gestion du projet au ministère des Travaux publics, plusieurs actions ont précédé la mise en service de la route. D’abord, il fallait procéder à l’élargissement de la déviation, à la fouille du côté de Djoum, à la pose du conteneur devant servir de platelage au-dessus du remblai pour alléger les charges sur le conteneur, à la mise en œuvre le remblais d’accès à Djoum, entre autres.
L’axe Sangmélima-Djoum-Mintom-Ouesso, qui relève de la route nationale N°9, est long de plus de 651 kilomètres, élément essentiel de la transnationale Cameroun-Congo, dont 316, kilomètres du côté camerounais, toujours en chantier. Le linéaire Djoum-Mintom long de 80 kilomètres a déjà été réceptionné, alors que Sagmélima-Bikoula-Djoum, long de 98,8 kilomètres, reste en chantier et Mintom-Lele-Ntam-Ouesso attend d’être attribué. Cette route rentre dans le cadre du projet d’aménagement du corridor Yaoundé-Brazzaville. Le désenclavement de cette zone va certainement favoriser le développement économique avec l’écoulement des produits agricoles, mais aussi la facilitation de l’intégration sous régionale. 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category