New-Bell : ce qui s’est réellement passé

A la suite des actes de délinquance urbaine commis entre jeudi et samedi, 2 novembre 2019 une réunion a été convoquée par le gouverneur du Littoral hier pour rappeler aux uns et aux l’impératif du respect des lois.

Les incidents survenus à Douala, principalement dans l’arrondissement de Douala II, du jeudi 31 octobre au samedi 2 novembre, n’ont rien à voir avec un quelconque conflit entre communautés. Il s’agit plutôt de délinquance urbaine où des groupes de jeunes, armés de gourdins et de machettes, s’en sont pris à la population au Camp Yabassi, Ngonsoa, Ancien Etage, Nkololoun, chefferie Bonapriso, Akwa, etc. C’est ce qu’on retient de la réunion de crise convoquée hier, 3 novembre, par Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, gouverneur de la région du Littoral, au cercle municipal de Douala II. Une rencontre qui a réuni les autorités administratives, judiciaires, les élus locaux, les chefs de communautés et autres responsables d’associations.

Il était question pour le gouverneur de sensibiliser la population contre les phénomènes de « retour » entretenant l’insécurité dans la cité économique. Le « retour », c’est ce phénomène qui veut que des jeunes d’un quartier donné aillent chercher vengeance dans un autre quartier où ils estiment qu’un des leurs a été attaqué. Dans ce cadre, le procureur général près la Cour d’appel du Littoral a rappelé aux uns et aux autres qu’on ne se rend pas justice, et que le droit sera dit dans toute sa rigueur à l’endroit des contrevenants. Mais au-delà de cet objet de la rencontre, il s’agissait pour Samuel Dieudonné Ivaha Diboua de « rétablir la vérité des faits », dans un contexte où « un incident s’est produit et les récupérateurs s’en sont saisis par voie de réseaux sociaux, par voie de désinformation, pour alerter la République et essayer de faire croire que Douala est à feu et à sang ».

Cet incident, survenu à Douala II, a été rappelé lors de la réunion par Benjamin Mboutou, préfet du Wouri, après plusieurs descentes sur le terrain et recoupement des informations auprès de plusieurs sources. Tout serait parti d’une dispute autour d’une jeune fille vivant au quartier Ngonsoa, et qui entretient des relations amoureuses avec deux jeunes, dont l’un vit au quartier haoussa. Ce dernier serait venu rendre visite à sa dulcinée à Ngonsoa et l’aurait trouvée en galante compagnie. Une dispute va éclater, s’envenimer et se terminer par une bagarre où le vaincu retournera dans son quartier chercher du renfort. Et si la situation a fini par déborder le cadre des deux quartiers concernés, le préfet pointe du doigt « ceux-là, des malfaiteurs, qui envoient une meute de petits jeunes qui leur rapportent le produit de leur pillage, qui ne vivent que de la délinquance et en profitent pour semer le chaos. » Ce chaos, Ousmane Youssouf, un jeune responsable d’association à Douala II, assure qu’il n’aura pas lieu et qu’il n’y aura pas d’affrontements entre communautés.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category