Agro-pastoral : l’appui Pea-Jeunes évalué

L’effectivité des réalisations du projet d’assistance technique du Bureau international du Travail apprécié par une mission conjointe jeudi, 31 octobre 2019 à Douala.

«Ce programme nous a beaucoup aidés. Quand vous lancez votre entreprise, il y a beaucoup de ministères, d’entités et d’organisations vers lesquels aller pour des questions de formalités, de documentation ou d’information. Ce n’est pas facile quand on n’est pas assisté. » Jérôme P., agro-entrepreneur, s’exprimait ainsi face à la presse ce jeudi 31 octobre à la délégation régionale du Minader à Douala, à l’occasion d’une évaluation de l’assistance technique du BIT au programme de Promotion de l’entrepreneuriat agropastoral des jeunes (Pea- Jeunes) dans le Littoral.

Plus précisément, une mission du Bit/Pea-Jeunes, accompagnée de représentants du Minader, du Minepia et du Minepat a effectué une descente de terrain jeudi à Edéa et Douala, puis vendredi à Penja, Loum et Nkongsamba, afin d’évaluer l’effectivité des réalisations du projet d’assistance technique du BIT. Et notamment le volet renforcement des capacités techniques entrepreneuriales des formateurs et accompagnateurs des jeunes bénéficiaires du Pea-Jeunes au Cameroun.

François Murangira, de l’Organisation internationale du Travail (OIT), s’est dit satisfait des résultats de l’initiative observés sur le terrain. « J’ai une impression positive, parce que je vois le dynamisme des jeunes dans la création d’entreprises, grâce à la formation que nous leur donnons », va-t-il expliquer. « Il y a des résultats positifs », ajoutera M. Murangira. Il soulignera néanmoins qu’il y a des choses à améliorer, et notamment un besoin de plateforme d’échanges entre jeunes, mais aussi entre jeunes et organismes d’appui comme la Chambre de commerce, le Minader, le Minepia, etc.

C’est depuis 2015 que le Cameroun, sur financement Fida, met en oeuvre le Pea-Jeunes, afin de soutenir le développement d’entreprises rentables dans les chaînes de valeur des filières agropastorales porteuses, et offrant des opportunités d’emploi viables en milieu rural. Il s’agit spécifiquement de fournir des appuis financiers et non-financiers ; promouvoir le développement d’un cadre politique, organisationnel et institutionnel favorable à la création et au développement d’entreprises agricoles de jeunes, etc.

A son bouclage en 2021, le Pea-Jeunes devrait avoir créé 4 687 entreprises agropastorales et développé 353 entreprises de jeunes existantes, dans les chaînes de valeur des filières éligibles.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category