Conflits armés : l’environnement, victime silencieuse

Les impacts environnementaux des crises que connaît le Cameroun présentés à la presse mardi dernier à Douala.

Braconnage, destruction du couvert végétal, pollution des cours d’eau et des sols sont autant de dégâts que subit l’environnement dans les zones de conflits armés. Impacts qui ont conduit à l’instauration par les Nations unies en 2001, de la Journée internationale de la prévention de l’exploitation de l’environnement en temps de guerre et conflit armé. Le Cameroun n’est pas épargné, agressé par Boko Haram, enregistrant des incursions de rebelles centrafricains dans la région de l’Est et la crise sécessionniste dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Des conflits armés dont les impacts environnementaux ont été présentés à la presse ce 6 novembre par Didier Yimkoua, directeur de l’Ong World Action Phyto Protection (Wapp).

Selon lui, les milliers de réfugiés installés au camp de Minawao (Extrême-Nord) du fait des assauts de Boko Haram ont, par instinct de survie, fortement dégradé l’écosystème constitué de savane arbustive. L’insécurité ambiante dans la zone a ralenti ou stoppé les activités de conservation et de gestion durable des ressources naturelles, à l’instar du projet Sahel vert. Dans la région de l’Est, les rebelles Seleka qui font des incursions à l’intérieur des frontières nationales se livrent au braconnage des espèces protégées, à l’instar des éléphants, dans les parcs nationaux de Boumba Bek et Lobéké. La commercialisation des trophées du braconnage contribue au financement de la guerre.

Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les populations ayant fui leurs villages et les sécessionnistes installés en forêt exploitent abusivement les ressources naturelles. Par ailleurs, les corps des personnes tombées sous les balles sont parfois jetés dans des cours d’eau ou des puits. Leur putréfaction pollue l’eau des fleuves et les nappes phréatiques. « Depuis que la guerre existe, l’environnement et les ressources naturelles en sont les victimes silencieuses. Les récoltes sont incendiées, les puits pollués, les sols empoisonnés et les animaux tués », a révélé Didier Yimkoua, citant le secrétaire général des Nations unies. En guise de solutions, l’homme propose l’élaboration par le gouvernement d’un document cadre des conditions de prévention de l’exploitation de l’environnement en temps de guerre et de conflit armé. Le rapport d’activités de cette journée internationale célébrée pour la première fois au Cameroun sera transmis aux autorités compétentes.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category