Forum de Paris sur la paix : Chantal Biya aux côtés du président

Arrivée dimanche dans la capitale française avec son illustre époux, la première dame prendra part à diverses activités.

Mme Chantal Biya est arrivée à Paris, le 10 novembre dernier, aux côtés du chef de l’Etat. Pour cette autre visite présidentielle dans la capitale française, la deuxième en l’espace de quelques semaines, la première dame est apparue rayonnante. Assumant dignement son rôle auprès de son illustre époux. Comme d’habitude, sa présence rehausse déjà l’éclat de cette visite. Dans son agenda, des activités plutôt studieuses prévues par l’organisation pour les conjointes des chefs d’Etat réunis à Paris. Au-delà, l’on s’attend à voir Chantal Biya soutenir le chef de l’Etat dans différents engagements lors de ces assises de Paris. Et ce ne sera d’ailleurs pas la première fois.

En décembre 2013 déjà, en marge du Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, l’épouse du président de la République avait pris part à la réunion de mobilisation contre les violences sexuelles faites aux femmes en Afrique, tenue au Musée d’Orsay. Quinze autres premières dames du continent y étaient présentes également. Il était question pour l’initiatrice, la première dame française de l’époque, de mettre en lumière le drame que subissent de milliers de femmes à travers le monde, particulièrement en temps de crise. « Notre objectif est de rompre le silence, de mobiliser les énergies. A plusieurs, nous serons plus fortes. Ensemble, nous pourrons mieux faire entendre notre revendication, nous porterons haut et fort notre combat », précisait l’organisatrice à l’entame des assises.

Au menu des travaux donc : la projection d’un court-métrage sur les violences sexuelles en République démocratique du Congo (RDC), des témoignages sur la situation en Libye et en Centrafrique. Puis des débats. L’on se souvient que Mme Chantal Biya n’avait pas pu retenir son émotion au moment de la projection de « Silence, on viole… », court-métrage de la Camerounaise Osvalde Lewat sur les violences sexuelles en RDC. La première dame et ses soeurs découvraient, atterrées, l’horreur. Des générations de femmes et d’enfants, dont une fillette de 18 mois, violées, traumatisées, détruites à vie. Des images dures, insupportables. Résolution avait été prise à l’issue des débats qui s’en étaient suivis de se dresser contre ces exactions.

En paraphant l’ « Appel pour l’événement Femmes, paix et sécurité », document sanctionnant la rencontre, Mme Chantal Biya avait joint sa voix à celles de ses homologues pour sensibiliser l’opinion publique quant à ces crimes effroyables. Elle s’était également engagée, entre autres, à oeuvrer pour leur prévention et à offrir un meilleur soutien aux victimes. Par cette mobilisation, les premières dames entendaient que la dignité de ces infortunées soit reconnue, leurs droits affirmés et surtout leurs bourreaux jugés. C’est sur cette note d’espoir que la rencontre s’était terminée. Six ans plus tard, les sujets traités pendant ces assises des premières dames sont plus que jamais d’actualité. Au Cameroun, et aussi dans le reste du monde.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category