Parlement panafricain : les clarifications de Roger Nkodo Dang

Face à la presse vendredi dernier à Yaoundé, le président de l’institution parlementaire de l’Union africaine est revenu sur la dernière actualité ayant entraîné la révocation du secrétaire général.

« Il s’agit d’une conférence de réconciliation avec la presse camerounaise ». Vendredi dernier dans l’une des salles de l’Hôtel Hilton de Yaoundé, le président du Parlement panafricain (PAP), Roger Nkodo Dang a voulu préciser les raisons de sa rencontre avec les médias dans son pays.  « Beaucoup de choses ont été dites en mai dernier, ceci à la suite du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine qui s’est tenu à Nouakchott en Mauritanie (juillet 2018, Ndlr) ». On se rappelle en effet qu’au cours de cette rencontre, des accusations de malversations financières au sein de cette institution avaient dominé les travaux. Des accusations relayées par de nombreux médias.
Face à la presse camerounaise, Roger Nkodo Dang a voulu clarifier les rôles sur la gestion de l’institution dont il a la charge depuis 2015, date de sa première élection. Des clarifications portant notamment sur le président et le secrétaire général, conformément aux dispositions du règlement intérieur, contenu dans les textes fondamentaux du PAP adoptés le 21 septembre 2004. Des dispositions de l’article 21 dudit règlement intérieur qui ont été rappelées par Roger Nkodo Dang. De celles-ci, il ressort que « le secrétaire général gère les questions administratives quotidiennes du parlement, supervise le personnel et est responsable des questions de comptabilité ». Le président du PAP a souligné qu’à la suite des accusations formulées plus haut à son encontre, « un audit avait été prescrit par les chefs d’Etat et de gouvernement du continent ».
Si les résultats du comité chargé de l’audit n’ont pas été communiqués, il a tout de même été décidé de la mise sur pied d’une Commission d’enquête présidée par un juge, représentant la Cour de justice de l’organisation panafricaine. « Celui-ci a travaillé en octobre dernier » a précisé Roger Nkodo Dang qui a lu, pour la circonstance, les conclusions du rapport ayant sanctionné ces travaux : « le juge a recommandé la révocation pure et simple du secrétaire général du Parlement avec toutes les conséquences de droit ». Ce qui a du reste été fait à l’issue des travaux de la 3e session ordinaire de la 5e législature du PAP, le 17 octobre dernier à Midrand.
A ce sujet, Roger Nkodo Dang est clair : « Nous allons saisir les chefs d’Etat et de gouvernement, parce que nous pensons que des excuses doivent être présentées au Cameroun qui, à travers ma modeste personne, a été traîné dans la boue dans cette affaire ». Le président du Parlement panafricain s’est félicité du soutien dont il a bénéficié dans cette affaire de la part du président de la République, Paul Biya « ce qui a favorisé une unanimité de ses pairs de la sous-région autour de ma personne. »
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category