Electricité : perturbations dans de nombreux quartiers

L’explosion dimanche d’un transformateur non loin du marché Sandaga a aggravé la pénurie d’énergie à travers la ville.

La question devient rituelle entre habitants de la ville de Douala ces derniers jours : « Il y a le courant de votre côté ? ». On parle ici d’énergie électrique dont la fourniture est plus que jamais clignotante dans la capitale économique. Sans que les habitants ne sachent s’il s’agit d’un rationnement (parce que l’obscurité fait quand même le tour des différents arrondissements, mais à une fréquence que les usagers/clients ne maîtrisent pas), ou des conséquences de pannes ou autres problèmes techniques.


Read also : South West: 57 Penitentiary Staff Gain Higher Ranks

Mais depuis ce dimanche 10 novembre, la situation s’est nettement dégradée pour de nombreux quartiers du 1er arrondissement, suite à ce qu’un communiqué d’Eneo annonce « un incident majeur » survenu au poste électrique de Deido, « entraînant l’explosion d’un transformateur et endommageant d’autres équipements importants ». Du coup, le rond-point Deido, Bonantone, la Rue de la joie, New Deido, la zone de l’école publique Deido, le carrefour Agip, Bonamouang, Bepanda, Marché Saker, la zone commerciale Akwa, le boulevard Ahmadou Ahidjo, etc, étaient dans le noir absolu ce dimanche. 


Read also : Emballages plastiques : le recyclage s’organise

Selon le communiqué d’Eneo sus-évoqué, après l’incident, le poste transformateur a été « immédiatement mis en arrêt et reste hors service ». Autre conséquence de cette situation, outre les quartiers de Douala plongés dans le noir, « la perturbation du service dans le Moungo et les régions de l’Ouest, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest », ajoute le communiqué.


Read also : Diplomatie : le Consul de Suisse reçoit l’exequatur

Nathalie M., couturière travaillant à domicile au quartier New Deido, se félicitait ce lundi 11 novembre du retour de l’énergie électrique chez elle « vers 1h du matin », mais a perdu son enthousiasme en fin d’après-midi : « Ils ont encore coupé. Et ça semble être une coupure générale ». Albert D., agent de la police municipale résidant non loin de la délégation régionale d’Elecam, est atterré. Chez lui, la coupure est continue, et il craint que ça dure « au moins quatre jours. » 


Read also : Subventions de l’enseignement privé : du bon usage des fonds publics

Aux dernières nouvelles, les équipes de la Sonatrel (Société nationale de Transport de l’Electricité) sont à pied d’œuvre pour un retour à la normale. « Une fois qu’elles auront terminé, Eneo procèdera à la réalimentation régulière des clients impactés », conclut le communiqué.


Read also : Feux de brousse : des hectares de plantation calcinés

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category