Ressources humaines de l’Etat : des dysfonctionnements à corriger

Le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative renforce depuis mardi, 12 novembre 2019 à Yaoundé les capacités des gestionnaires en vue de la mise à jour du fichier des personnels.

Les personnels fictifs et absentéistes des administrations publiques doivent bien se tenir. Le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra) organise depuis hier un séminaire de renforcement des capacités des gestionnaires des ressources humaines sur la conception, la constitution et la mise à jour du fichier des personnels. Les objectifs étant la sensibilisation et la remobilisation des principaux gestionnaires des ressources humaines autour des outils de gestion mis à leur disposition. Ceci dans l’optique de la modernisation et l’automatisation de la gestion des agents publics. Les 80 participants à cette session de formation se recrutent parmi les sous-directeurs des personnels et/ou les sous-directeurs de la solde et des pensions, ainsi que les chefs de cellule du Système informatique de gestion intégrée des personnels de l’Etat et de la solde (Sigipes) des administrations. Il s’agit de réduire les phénomènes des indemnités indues, des doubles rémunérations des agents fictifs ou absentéistes. « Ce n’est un secret pour personne, le fichier personnel, lorsqu’il existe dans nos administrations, est soit mal tenu soit inconsistant, soit inexploité », a relevé le ministre Joseph LE à l’ouverture des travaux.

Pour le Minfopra la rationalisation de la gestion des ressources humaines au sein des différentes administrations joue un rôle majeur dans la réforme des finances publiques. D’où l’urgence d’en finir avec les dysfonctionnements et incohérences qui ont un impact négatif sur le traitement des dossiers de carrières. Notamment dans un contexte où l’outil informatique, le Sigipes doit être nourri des données actualisées. Ces responsables, de dans une approche participative, vont échanger entre autres sur les enjeux et les implications de la déconcentration des ressources humaines de l’Etat, la conception et la maîtrise du fichier documentaire, le Sigipes et la discipline dans les administrations : procédures et actes. Au terme des travaux, le Minfopra s’attend à un contrôle du fichier personnel empreint de méthode, de rigueur, d’objectivité et de respect de l’éthique républicaine. Ledit séminaire qui se déroule à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam) s’achève ce mercredi, 13 novembre 2019.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category