Rdpc : les modalités d’investiture sont connues

A travers deux circulaires signées samedi par le président national et une note du Sg du Comité central, les potentiels candidats de ce parti sont désormais fixés.

Le président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), Paul Biya, a signé samedi, deux circulaires relatives aux opérations d’investiture aux élections législatives et municipales du 9 février 2020. La première précise les modalités d’investiture pour ce qui est de l’élection des députés à l’Assemblée nationale. La deuxième est liée aux opérations de désignation des candidats du Rdpc à l’élection des conseillers municipaux du 9 février 2020. Elles ont été suivies par une note d’application du secrétaire général du Comité central, Jean Nkueté, portant désignation des présidents des commissions régionales et départementales de supervision, de contrôle et de présélection des candidats de ce parti.
A la lecture de ces documents, aucune confusion n’est possible entre les deux opérations, d’autant que les structures et les équipes chargées de conduire les travaux sont également distinctes. C’est probablement l’une des nombreuses innovations qui figurent dans les textes signés par le président national et par le secrétaire général organisant les investitures en vue du double scrutin du 9 février 2020. D’autres portent sur la composition de commissions et les critères de sélection des candidats.
S’agissant de la composition des commissions, on notera la volonté de les élargir en y associant le maximum de ressources et de compétences en commençant par les responsables des organes de base et les membres des structures permanentes aux niveaux régional et départemental. Ces structures sont soutenues par d’autres acteurs extérieurs qui devraient garantir plus d’objectivité, de transparence et de rigueur dans la conduite des opérations.
Concernant les innovations relatives aux critères de sélection, on note les dispositions portant sur le respect de la discipline, le partage, la promotion de nouvelles figures, l’ouverture aux femmes et aux jeunes.
La note d’application du Secrétaire général indique d’ailleurs que « le partage se traduit par la non concentration des postes électifs, des responsabilités administratives au sein d’une même famille, d’un même groupe ethnique, d’un même village, d’un même arrondissement ». Autre précision : « la promotion des nouvelles figures passe par l’injection du sang neuf dans les listes, chaque fois qu’il est possible, notamment dans les cas mettant en concurrence des camarades bénéficiant de la retraite parlementaire ». 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category