Adamaoua : 209 réfugiés centrafricains rentrent au bercail

C’est dans le cadre du rapatriement volontaire et librement consenti que ces réfugiés ont regagné leur terre natale, à partir de Meiganga, le 13 novembre dernier.

C’est un grand jour pour Adamou Harouna, quinquagénaire de nationalité centrafricaine, père de 12 enfants qui va retrouver sa terre natale Bouar dans le Nord de la Centrafrique, après un séjour de plusieurs années au Cameroun. Entouré de sa famille, ce dernier, assis avec les autres réfugiés dans le hangar aménagé, attend le lancement officiel, le gouverneur de la région de l’Adamaoua, Kildadi Taguiéké Boukar. du rapatriement volontaire et librement consenti. « Nous quittons le Cameroun avec un pincement au coeur. Depuis notre arrivée ici, nous savions pertinemment que nous allions passer par là un jour», lance ce dernier dans un ton mélancolique.

A côté de lui, Aminatou Ousmanou, âgée de 28 ans, originaire de Boda en République centrafricaine. Elle a perdu son mari au cours d’un affrontement entre les Anti-balaka et les combattants de la Seleka à Bria en Centrafrique. Elle est arrivée avec son bébé au Cameroun en 2014. Aujourd’hui, c’est un grand garçon qui tient son sac pour le retour au bercail. « J’ai été bien accueillie au Cameroun. J’ai passé un bon séjour ici. Je remercie les Camerounais pour leur hospitalité», a-t-elle confié.

Au total, c’est 209 réfugiés volontaires qui se sont inscrits dans le cadre du rapatriement volontaire et librement consenti, sur les 20 000 réfugiés qui sont installés sur les sites de Borgop et Ngam, dans le département du Mbéré. Cette phase est une initiative pilote qui amorce le début d’un retour massif dans un proche avenir. Il convient de souligner que le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, le ministre de l’Action humanitaire et de la Réconciliation nationale de la République centrafricaine et le représentant du HCR au Cameroun, ont signé, le 29 juin 2019 un accord tripartitel, pour le rapatriement librement consenti des réfugiés centrafricains vivant au Cameroun. Cet accord établi les conditions, les procédures et les modalités pour le retour volontaire et la réintégration des réfugiés dans leur pays d’origine. Cette signature est un engagement fort des parties prenantes à s’investir en faveur du retour des réfugiés dans leur pays. Pour les rapatriements de cette première phase, trois bus de 70 places ont été réquisitionnés, une ambulance et une escorte de sécurité qui devra les conduire à la frontière en passant par Garoua-Boulai où attendent les autorités centrafricaines, pour le comptage et la signature du procès-verbal, afin d’assurer le retour définitif à domicile des 209 réfugiés volontaires

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category