Douala en mode « Industriales »

La 1ère édition du salon professionnel s’est ouverte mercredi sur fond de célébration de la 30e Journée de l’industrialisation de l’Afrique.

La célébration de la 30e édition de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique (JIA) a une coloration particulière cette année au Cameroun. Elle est couplée à la toute première édition des « Industriales », salon professionnel qui réunit, jusqu’à ce vendredi 22 novembre, des opérateurs de divers secteurs d’activités sur le site de la Maison du parti de Bonanjo à Douala. Entre constructions métalliques, agroalimentaire, cosmétique, énergie, conseil… les stands offrent un choix varié, dans lequel s’insèrent aussi des acteurs institutionnels et autres facilitateurs : Minmidt, Magzi, Chambre de Commerce, etc. Objectif partagé : se faire connaître ou mieux connaître, et nouer des contacts potentiellement utiles.

Avant de couper le ruban symbolique à l’entrée du site ce 20 novembre, et d’entamer la visite des stands, le secrétaire général du ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt), Fru Jonathan, est d’abord passé par le Gicam. Où il a été essentiellement question de la 30e édition de la JIA, ayant pour thème cette année : « Positionner l’industrie africaine pour approvisionner le marché de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) ».

Un train historique a pris le départ, et il convient pour le Cameroun d’être dans le rythme. « L’industrialisation est aujourd’hui la clé pour assurer une transformation structurelle des économies africaines », a souligné le représentant du Minmidt, mettant à nouveau l’accent sur « la transformation locale de nos matières premières, afin de sortir de l’économie de rente » pour aller vers « une économie manufacturée ».

Il saisira en outre l’opportunité pour rappeler les divers avantages de la transformation : atteinte de taux de croissance élevés, diversification des économies et réduction de la vulnérabilité des pays face aux chocs extérieurs. Il va sans dire que la création subséquente de richesses viendrait soulager bien des maux sur le continent.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category