Sécurité à l’Est de la RDC : un QG avancé des armées à Beni

Le président Félix Tshisekedi a décidé de l’envoi dans la province du Nord-Kivu des opérations conjointes armée congolaise-force onusienne pour traquer les rebelles des ADF dans le Nord-Kivu.

La récurrence des massacres ces derniers temps dans la province du Nord-Kivu à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) a provoqué une vive tension depuis lundi dans la ville de Beni. Des jeunes de la localité ont manifesté leur ras-le-bol contre l’assassinat dans la nuit de samedi à dimanche d’au moins huit civils, en barricadant les rues et en saccageant des biens sur leur passage. Les crimes en question attribués aux rebelles des ADF qui pullulent dans la région. Dans leur colère, les manifestants ont incendié la mairie de la localité ainsi que la base militaire de la Mission de l’Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (MONUSCO). Selon le parquet militaire de Beni, au moins quatre civils ont perdu la vie et une dizaine d’autres blessées. Alors que pas moins de 24 manifestants ont été interpellés au cours de ces soulèvements. A Butembo, localité située à 50 km de Beni, mardi, 26 novembre 2019 était journée ville morte. Les rues étaient désertes et les commerces sont restés fermés toute la journée. Par cette méthode, les populations ont voulu aussi exprimer leur colère contre les nombreuses tueries qui d’après elles, semblent ne plus émouvoir les autorités et la Mission onusienne.

Pour faire face à cette situation, le président congolais, Félix Tshisekedi, a convoqué d’urgence lundi, 25 novembre 2019 une réunion du conseil de sécurité élargie à la MONUSCO, représentée par Leila Zirougui, représentante du secrétaire général des Nations unies dans le pays. A l’issue de la rencontre, il a été décidé de l’installation d’un quartier général avancé des forces armées à Béni et de la mise en oeuvre d’opérations conjointes entre l’armée nationale et la MONUSCO afin d’assurer la paix et la sécurité de la population civile de Béni. Des mesures qui interviennent après le lancement le 30 octobre dernier de la « Grande offensive contre les ADF », une opération militaire d’envergure menée par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) visant à traquer les groupes armés ADF qui ont fait de cette partie du pays leur bastion.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category