Soudan : des membres de Boko-Haram arrêtés

Les opérations de capture ont été faites en fin de semaine dernière au Darfour et à Khartoum par l’armée, en collaboration avec les services de renseignement tchadiens.


Dans un communiqué publié jeudi dernier, l’armée soudanaise a annoncé l'arrestation de six personnes soupçonnées d'appartenir au groupe Boko Haram, mouvement terroriste qui sévit autour du Lac Tchad.  Khartoum affirme que les six hommes détenaient des passeports tchadiens. « Ils sont Tchadiens. Comme nous avons un accord de sécurité, ils ont été remis à Ndjamena », explique l’armée soudanaise. Les services de renseignements les ont capturés à l’intérieur du pays. Compte tenu du caractère sensible de l’information, le communiqué ne donne pas beaucoup de détails. Il ne mentionne aucune précision sur la date de l’arrestation, ni sur celle de la remise aux autorités tchadiennes.
Les six individus ont été interpellés entre octobre et novembre à divers endroits du territoire soudanais. Les uns dans le Darfour frontalier avec le Tchad, les autres à Khartoum, la capitale ou encore à Port Soudan sur les rives de la mer Rouge. Les opérations de capture ont été menées de concert avec les services tchadiens qui ont fourni les indications à leurs collègues soudanais. Que Boko-Haram ait des Tchadiens dans ses rangs n’est pas une surprise. Selon l’International Crisis Group (ICG), (une ONG internationale spécialisée dans la prévention et le résolution des conflits) plusieurs de ces ressortissants sont surveillés depuis longtemps et certains ont été emprisonnés dès 2011. Par contre, en trouver au Soudan intrigue, tant la zone est éloignée de leur fief.
Selon des sources dignes de foi, Khartoum réfléchirait à la création d’une force pour éviter les incursions du groupe islamiste. En septembre, le Soudan avait ordonné la fermeture de ses frontières avec la Centrafrique et la Libye, en citant des dangers économiques et sécuritaires. Cette arrestation est annoncée alors qu’une délégation soudanaise, comprenant le chef des renseignements, était à Ndjamena mercredi, officiellement pour évoquer des affaires frontalières. Il s'agit de la première arrestation de membres présumés du groupe djihadiste au Soudan. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category