Société

Grand séminaire de Nkolbisson : le sacerdoce de la formation

L’institution vient de célébrer son cinquantenaire. Occasion de passer en revue son histoire et ses réalisations.

La messe de clôture du jubilé d’or du Grand séminaire Notre Dame de l’immaculée conception de Nkolbisson a été dite le 8 décembre dernier. Le choix n’est pas innocent, car ce jour de la solennité de l’immaculée conception de la Vierge Marie se prête bien à la nomination de cette institution. C’est d’ailleurs une date historique pour le clergé diocésain, car le 8 décembre 1935, huit prêtres ont été ordonnés par Mgr François- Xavier Vogt, dont quatre à Douala et quatre à Yaoundé. La providence a voulu que le Grand séminaire soit baptisé, par les soins de Mgr Adalbert Ndzana alors recteur, sous le patronyme de l’immaculée conception de Marie. S’il est né le 25 janvier 1969, le Grand séminaire tient sa source de la volonté d’un homme, un bâtisseur, Mgr Jean Zoa, qui au lendemain du concile de l’aggiornamento, a voulu faire naître une institution de poids pour la formation du clergé diocésain. D’abord à vocation inter- Etats, le Grand séminaire passera de la tutelle nationale à la tutelle provinciale écclésiastique de Yaoundé.

Depuis sa création, il a vu passer 1614 étudiants. 938 sont devenus prêtres, dont 22 archevêques et évêques. La présence de cinq anciens étudiants et prêtres au jubilé a constitué un moment de grande émotion. Parmi eux, et tous les autres qui sont passés par le Grand séminaire, des hommes de la première promotion de 1969 encore en vie : l’abbé Pierre Lucien Betene, actuellement à la cathédrale Notre- Dame-Des-Victoires de Yaoundé, et Antoine Babé, ancien enseignant à l’Université catholique, rentré dans son diocèse à Douala. Sans oublier Mgr Adalbert Ndzana, l’évêque émérite de Mbalmayo, qui a été recteur au Grand séminaire, Mgr Jean Mbarga, étudiant recteur et actuellement archevêque métropolitain de Yaoundé ; Mgr Philippe Alain Mbarga, recteur étudiant et présentement évêque d’Ebolowa. Le Grand séminaire a vu sept recteurs se succéder pratiquement tous les sept ans.

Dans son homélie dimanche dernier, le Nonce apostolique, Mgr Julio Murat a souligné avec emphase la bonté de Dieu pour tant de bienfaits reçus de lui ces 50 dernières années. S’appuyant sur le texte de l’évangile selon Saint Luc, il a indiqué que la salutation de l’ange à Marie est en fait le dessein de Dieu sur l’homme. Le Nonce apostolique a invité à l’écoute du Seigneur comme Marie l’a fait. La célébration du jubilé a également été l’occasion de la reconnaissance envers tous ceux qui ont généreusement offert l’espace géographique et territorial de Nkolbisson. Selon le recteur Jean Paul René Ondoua Omgba, trois verbes qui traduisent le programme ecclésial et missionnaire du Grand séminaire ont caractérisé la célébration de ce jubilé d’or : se souvenir, se réjouir et se renouveler. Ils ont permis une anamnèse des figures marquantes de l’histoire du temple, l’expression d’une joie légitime et la perspective d’une maturité garante de solidité et de lucidité en Dieu.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps