Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

Economie

Agriculture, élévage, santé : 84 milliards pour quatre nouveaux projets

Financés par la Banque islamique de développement, ils ont officiellement été lancés hier au cours d’une cérémonie à Yaoundé.

Quatre nouveaux projets de développement ont été officiellement lancés hier par Paul Tasong, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire. C’était en présence des ministres en charge de l’agriculture, de l’élevage, du secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Santé publique chargé des épidémies, mais aussi du chef de mission de la Banque islamique de développement (BID), principal financier de ces programmes. En effet, cette institution financière va soutenir le projet de commercialisation de bétail et infrastructures d’élevage au Cameroun, la phase 2 du projet de développement rural intégré Chari-Logone, le projet d’élimination de la transmission VIH-Sida de la mère à l’enfant et le projet d’infrastructures agricoles et du développement des chaines de valeur. « Ces projets de par leurs objectifs visent l’amélioration des conditions de vie des couches les plus vulnérables, et l’atteinte de leurs objectifs contribuera à l’atteinte de l’émergence », indique Paul Tasong. Aux différents coordonnateurs de projets, le ministre délégué a prescrit la responsabilité pour une réussite effective de ces projets dont la plupart devront rendre leurs copies dans cinq ans au plus tard. « La réussite ou l’échec de ces projets dépendent de la maîtrise de la chaîne d’exécution des projets. La réussite de vos projets doit être une satisfaction personnelle d’avoir apporté votre touche au développement du Cameroun », a ajouté Paul Tasong. 
Au terme de ces différents projets, il est attendu comme résultats : la construction de marchés de bétails, la réhabilitation de quelques dizaines de kilomètres de routes, la construction d’infrastructures socio-économiques, l’aménagement de terres pour les actions d’irrigation des cultures. Il est aussi question d’accélérer et d’améliorer les progrès en matière d’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Ce sont 271 000 femmes qui devront être touchées. On parle aussi du développement de la culture de plusieurs spéculations et des chaînes de valeurs. 
Dr Mamadou Alfa Bah, représentant du bureau régional de la BID, chef de mission assure que cette institution sera toujours aux côtés du Cameroun pour accompagner les populations vulnérables à sortir de la pauvreté.. A ce jour le portefeuille actif de la BID est de 514 milliards de F pour 20 projets. D’ailleurs Paul Tasong l’a rappelé, le Cameroun est l’un des pays qui bénéficient le plus des attentions de la BID, créée en 1975. Le barrage de Songloulou est le premier projet que cette banque a accompagné au Cameroun.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps