Culture

Mode : le pagne sous toutes les coutures

Depuis le 7 décembre dernier, ce textile est mis en exergue à Yaoundé, à la faveur d’un festival.

Une dizaine d’exposants exhibent, depuis le 7 décembre dernier à la fondation Muna à Yaoundé, leur savoir-faire dans les domaines tels que la décoration intérieure, la mode et autres accessoires. C’est dans le cadre de la cinquième édition du festival « Le pagne en folie ». Le pagne, il y en a pour toutes les marques. A l’esplanade arrière de cette fondation, chaque designer met en avant sa touche particulière. Pour Josette Nguitchouang, peintre et créatrice de la marque Njipat Design, c’est une occasion pour faire voir la richesse de ses créations. « Je présente des chapeaux en fibres de coton, de coco, et de raphia. Je fais également des parures avec lesquelles on peut arborer des tenues confectionnées avec du pagne », soutient la créatrice.
Le génie créateur de ces artistes livre au grand public des accessoires de mode et de décoration à base de tissu pagne. En parcourant les stands, l’on peut voir des miroirs, des housses de coussins, des nappes et serviettes de table, des trousses, des barrettes, des ceintures, des cravates, des nœuds papillon et des bijoux faits à base du textile. Ceux-ci font la particularité de la marque Firi. La marque Rafiki quant à elle, offre aux visiteurs des poupées africaines habillées en pagne, des tissus et des produits venus du Kenya (ceintures et babouches en perles). La marque Nafirina s’est spécialisée dans la récupération, et utilise le pagne comme matière première pour la décoration des bouteilles et boîtes de conserve vides, et la confection des cartes de vœux. Elle personnalise également la vaisselle avec du pagne lors des cérémonies. À côté de ces accessoires, la cinquième édition du festival « Le pagne en folie » promeut également des liqueurs et sirops faits à base de fruits frais du terroir.
Le pagne sous toutes ses formes arrache  l’admiration des visiteurs. Le made in Cameroon fait courir. « Je viens pour la première fois. C’est super jolie et tout est fait à la main comme ces boucles d’oreilles. J’en profite pour faire des petits cadeaux pour mon époux », confie Elodie Modo, en visite à l’exposition. Les rideaux de cette foire tomberont le 14 décembre prochain, à la Fondation Muna. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps