Croix-rouge camerounaise : il faut s’adapter

Lors des travaux de la 26e assemblée générale clôturés hier à Yaoundé, les responsables ont planché sur les nouvelles stratégies pour mieux accomplir leurs missions.

Hier, mercredi, 18 décembre 2019, lors de la clôture des travaux de deux jours de la 26e session de l’assemblée générale de la branche nationale de cette organisation humanitaire, la présidente, Cécile Akame Mfoumou a fait savoir que « la situation humanitaire que vit actuellement le pays nous interpelle tous ». Elle a expliqué que le Cameroun fait face depuis près d’une décennie à des situations d’urgence réparties sur trois zones géographiques. Précisément, la crise marquée par l’afflux des réfugiés centrafricains dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua et du Nord ; la crise dans le bassin du lac Tchad qui affecte la région de l’Extrême-Nord avec des exactions de Boko-Haram ; et la crise dans les régions du Nord- Ouest et du Sud-Ouest.

En plus de ces crises, le Cameroun connaît de nombreuses catastrophes naturelles, notamment des inondations, des glissements de terrain, sans oublier des épidémies et pandémies, des nombreux cas d’accidents de la voie publique. « La Croix-rouge s’efforce dans toutes ces circonstances de prévenir et alléger la souffrance », a-t-elle expliqué. Elle a ainsi invité le gouvernement, le mouvement international de la Croix-rouge et du Croissant-rouge, les organismes du système des Nations unies, les entreprises publiques et privées et des âmes de bonne volonté à les aider dans leur tâche. Au cours des travaux, plusieurs documents ont été mis à jour. Il a été question pour les 58 présidents départementaux de la Croix-rouge camerounaise d’examiner et de valider des moutures du plan stratégique de développement 2020-2024, ainsi que statuts, règlements intérieurs, manuel de procédure administratif, comptable et financier. Les participants ont également étudié le Code de déontologie.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category