Fête de la Nativité : et le Verbe s’est fait chair

La messe de Noël a été célébrée mercredi, 25 décembre 2019 en la Cathédrale Notre-Dame-des-Victoires de Yaoundé par l’archevêque métropolitain, Mgr Jean Mbarga

Trois messages-clés pour comprendre la nativité de Jésus- Christ ce 25 décembre 2019. Amour, paix et miséricorde. Des éléments mis en exergue par Mgr Jean Mbarga hier en la Cathédrale Notre-Dame-des-Victoires de Yaoundé. Pendant la célébration de la messe de la nativité du Seigneur, l’archevêque métropolitain de Yaoundé a relevé en quoi cette fête était plus que d’actualité pour le Cameroun.

Primo, la naissance de Jésus-Christ dans notre monde vient appendre à mieux connaître l’amour et la miséricorde de Dieu. Ensuite, l’appel à la paix sur la terre par l’avènement d’une humanité qui devrait accepter la vie dans l’harmonie, afin que les hommes s’entendent, se respectent, se réconcilient et s’aiment dans la différence de leurs cultures et de leurs religions. « La paix du Christ est la conviction que sans l’autre, je ne peux rien faire. D’où la nécessité de construire une vraie solidarité des peuples », a-t-il relevé pendant son homélie. Troisième message de cet événement, la bienveillance aux hommes. Car, la naissance de l’enfant Jésus vient faire naître une vie d’amour entre les Hommes.

Ces clés de compréhension ne sont pas cantonnées aux passages bibliques lus pour la circonstance. Pour Mgr Jean Mbarga, elles font un écho particulier au Cameroun. Un pays qui consolide son identité, raffermit sa constitution et ses institutions et assume son destin original dans le concert des nations. Il s’agit davantage d’un écho dans le quotidien des uns et des autres, dans leurs relations avec eux-mêmes, les leurs, en famille, à l’école ou au travail, dans leur relation avec Dieu le Père. Pour le célébrant, le message de la nativité définit surtout les modalités du salut de Dieu en Jésus-Christ. Il s’agit ainsi d’une « opportunité providentielle » pour nous éclairer. Cela passe par la pacification de l’humanité et demande de faire face aux défis qui interpellent les uns et les autres. Pour y parvenir, suggère l’archevêque, il faut fonder ces engagements sur l a prière et l’espérance, se soustraire des peurs du futur, de tout pessimisme et de tout négativisme.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category