Marché d’Ekounou : plus de 200 boutiques réduites en cendre

Un incendie s’est déclenché dans ce marché de Yaoundé, dans la nuit du 26 au 27 décembre, ravageant sur son passage plusieurs commerces.

Difficile de contenir leur émotion devant leurs boutiques rasées par les flammes, au marché Ekounou, dans l’arrondissement de Yaoundé IV. Cet espace d’environ 10000 m² occupé par plus de 200 boutiques de marchandises diverses il y a encore quelques jours, est depuis le 27 décembre dernier, transformé en un véritable champ de ruines. Des magasins d’agroalimentaire, de prêt-à-porter et autres spiritueux constituaient l’essentiel de ces boutiques construites en matériaux provisoires.  
« Je suis arrivée aux environs de 23h. Ma boutique n’avait pas encore été touchée. Mais on m’a empêché de sauver ma marchandise, parce que les flammes étaient fortes », raconte Brigitte N., propriétaire d’une mercerie. En deux heures, le colonel Ebanga du dixième groupement de sapeurs-pompiers de Mimboman et ses hommes ont circonscrit les flammes et procédé à leur extinction totale. Selon les soldats du feu, « aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée. Plus de 200 boutiques ont été dévorées par le feu. Les installations électriques de moyenne tension d’Eneo sont également atteintes ». Informé de ce grave incendie, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji est descendu sur les lieux pour s’enquérir de l’ampleur du sinistre, dans la nuit de jeudi.     
Vendredi, au lendemain de ce violent incendie, les commerçants essayaient encore de récupérer ce qui restait de leurs investissements, sous le regard triste des riverains. Une descente sur les lieux du ministre du Commerce dans la journée du 27 décembre, lui a permis d’évaluer l’ampleur des dégâts et d’apporter son réconfort aux sinistrés du marché Ekounou. « On va se féliciter du fait qu’il n’y a eu aucune pertes en vie humaine. Mais les dégâts matériels sont énormes. C’est triste. Il y a un problème général de la sécurisation de nos marchés : les installations anarchiques des boutiques et de l’électricité, et bien d’autres », a constaté Luc Magloire Mbarga Atangana. Un incendie de plus, après celui survenu il y a deux semaines en face de la cathédrale Notre-Dame-des-Victoires de Yaoundé.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category