« Aucun pays organisateur ne souhaite perdre la compétition »

Jules Denis Onana, entraîneur de football.

L’un des temps forts de l’actualité sportive en 2020 sera le Championnat d’Afrique des nations que le Cameroun accueille courant avril. Comment le sportif que vous êtes envisage-t-il cette compétition ? 
C’est un très gros évènement sportif. Nous avons organisé une CAN féminine il y a trois ans. Vous êtes sans ignorer que le sport masculin est dominant au Cameroun. Je crois que le CHAN sera la bonne marche avant la Coupe d’Afrique des Nations en 2021. C’est pour cela qu’il doit être parfait, bien organisé et que la sélection qui défendra nos couleurs devra être capable d’aller au terme de la compétition. C’est notre souhait. 
N’est-ce pas se mettre trop de pression que de penser que quand on organise une compétition, on doit la gagner ?
C’est une gageure qu’il faut tenir. Il n’y a aucun pays organisateur qui souhaite perdre la compétition qu’elle organise. Sauf s’il s’agit d’un « petite pays » de la discipline. Lorsque c’est un cador du football comme le Cameroun, on s’attend à une victoire à la fin. Maintenant, on me dira que le football local n’est peut être pas au niveau des meilleures nations en Afrique. Mais, on doit tout faire pour tenir le rang parce qu’on ne fera pas la différence entre le Cameroun des A’ et le Cameroun des A. 
En 2020, il y aura également les Jeux olympique à Tokyo…
Nous avons de bonnes chances d’avoir les athlètes à ce rendez-vous mondial. Il y a le tournoi qualificatif de volley-ball féminin ici dès le 5 janvier. Il y a également les Lionnes indomptables de football qui jouent le dernier tour en mars prochain contre la Zambie. Les Jeux olympiques constituent une rencontre sportive planétaire. On espère que nous aurons de nombreux athlètes qui pourront réaliser les minimas requis. Et pourquoi ne pas obtenir des médailles à la fin. 
 L’année prochaine aussi, les Lions indomptables vont revenir au-devant de la scène pour les éliminatoires de la CAN 2021 et de la Coupe du monde Qatar 2020. Aura-t-on une vision nette du système de jeu d’Antonio Conçeicao ?
Antonio Conçeicao a la chance de pouvoir jouer les matchs « qualificatifs » réguliers étant donné que nous sommes déjà qualifiés pour la phase finale de la CAN. Ces matches vont lui servir de banc d’essai parce qu’il n’est pas contraint à la victoire. Le public veut gagner tous les matches. Mais, il faut garder à l’esprit qu’on est en train de bâtir une équipe. Et les matches éliminatoires vont servir au staff de jauger les joueurs, de faire les bons choix et de chercher les bonnes paires selon les compartiments de jeu. Il faudra donc chercher la cohésion et la complicité entre les joueurs. 
Par ailleurs, après avoir manqué la Coupe du monde en Russie, on ne peut pas se permettre d’être absent au Qatar. Il faudra que l’entraîneur national puisse jongler entre le banc d’essai et la compétition. C’est son boulot. 
Le renouvellement des organes dirigeants dans les fédérations sportives occupe aussi une place de choix dans cet agenda. Quel regard portez-vous sur ces élections ?
Les fédérations sportives nationales camerounaises ne sont pas des modèles de gestion. J’ai la chance de suivre le cours avancé de management du sport piloté par le Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) sous la houlette du CIO. Et on se rend bien compte que toutes ces associations ont de gros problèmes de gouvernance. Au-delà du renouvellement des exécutifs, il est judicieux d’intégrer les personnes qui peuvent gérer l’administration de ces fédérations nationales sportives. 
Quels sont vos vœux pour 2020 sur le plan sportif ?  
Je souhaiterai que le 7 janvier prochain, Nchout Njoya Ajara soit sacrée meilleure joueuse africaine de football féminin. Et, qu’à travers le CHAN, on montre que le football camerounais peut se relancer. Il ne faudrait surtout pas que le CHAN soit l’arbre qui cache la forêt parce que la forêt c’est un championnat professionnel qui ne démarre pas. Ce sont les championnats de football féminin qui ne marchent pas bien. Une ligue de football jeune embryonnaire. Je voudrais qu’elle puisse s’implémenter dans les meilleurs délais parce que le chantier est très vaste. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category