Cemac : le leadership renforcé du Cameroun

Paul Biya a joué en 2019 un rôle d’avantgarde dans l’adoption des mesures complémentaires pour consolider le redressement économique de la sous-région.

Locomotive de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), le Cameroun est bien conscient du rôle moteur qu’il doit jouer pour contribuer à relever les multiples défis auxquels la sous-région Afrique centrale est confrontée, dans un esprit de concertation, de solidarité active et d’intégration. Autant le Cameroun se sent particulièrement interpellé quand il faut former une coalition militaire pour anéantir Boko Haram dans le pourtour du Lac Tchad, autant le pays de Paul Biya, le plus important de la Cemac au plan démographique et économique, est en première ligne au moment de formuler une réponse communautaire pour sortir de la crise économique consécutive à la chute, en 2014, des cours des matières premières dont le pétrole brut. Une crise qui, on s’en souvient, avait fait peser d’importantes menaces sur les équilibres macroéconomiques et budgétaires ainsi que sur les réserves de change des six pays concernés. Et qui, de ce fait, appelait l’élaboration urgente d’une stratégie concertée et collective pour y faire face.

C’est dans cette logique qu’il faut situer le leadership réaffirmé du Cameroun à travers l’organisation du Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Cemac qui s’est tenu au Palais de l’Unité le 22 novembre 2019, à l’initiative de Paul Biya, par ailleurs président en exercice de la Cemac. Des assises qui avaient pour objectif d’examiner la situation économique, financière et monétaire dans la zone, trois ans après l’adoption d’un plan commun de sortie de crise qui ne dispensait cependant pas de prendre des mesures spécifiques répondant aux problèmes particuliers de chacun des pays. Le Sommet extraordinaire du 22 novembre 2019 intervenait ainsi après celui qui avait eu lieu au même endroit en décembre 2016, toujours à la demande du président Paul Biya, pour trouver une solution à la situation économique et monétaire de la sous-région qui était alors pour le moins critique.

Le 22 décembre dernier, dans la posture d’avant-garde que lui reconnaissent ses pairs, Paul Biya constatait pour s’en féliciter, en présence de ses homologues de la Cemac, que la plupart des Etats ont mis en application les résolutions adoptées en 2016 pour juguler la crise qui s’annonçait. Un motif de satisfaction pour le président en exercice de la Cemac qui s’est réjoui de ce que la situation...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category