Conflit libyen : la Turquie entre en scène

Ankara procède depuis quelques jours à un déploiement de troupes dans ce pays déchiré par la guerre civile.

Après le feu vert du Parlement jeudi dernier, le président turc a annoncé dimanche soir que les troupes turques convergeaient déjà vers la Libye. Recep Tayyip Erdogan qui était jusque-là peu disert sur l’intervention de ses soldats dans ce pays du Maghreb miné par une guerre civile a finalement donné quelques détails sur l’objet de cette expédition. « La mission de nos soldats là-bas est la coordination. Et c’est ce qu’ils font en ce moment, au sein d’un centre de commandement. Un de nos lieutenants-généraux sera à la tête de ce centre de commandement », a-t-il indiqué. « Nous aurons aussi d’autres équipes sur place en tant que forces combattantes. Mais, nos soldats n’en feront pas partie », a précisé le chef de l’Etat turc. Ankara dit agir conformément à une demande de Fayez el-Serraj, Premier ministre du gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, pour faire face à l’offensive sur Tripoli de l'Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Hafrar qui contrôle l’est du pays. 
Comme il fallait bien s’y attendre, l’intervention de la Turquie suscite de nombreuses condamnations internationales. Pour le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, « tout soutien étranger aux parties en guerre (…) ne fera qu’aggraver un conflit et compliquer les efforts pour une solution pacifique ». Car, «les violations continues de l’embargo sur les armes imposé par le Conseil de sécurité ne font qu’empirer les choses », a-t-il poursuivi. L’Union africaine (UA) se dit préoccupée par l’évolution de la situation. «Je réitère l'attachement inébranlable de l'Union africaine à une solution politique inclusive où tous les acteurs, politiques et sociaux, jouent le principal rôle. J’appelle la communauté internationale à joindre ses efforts à ceux de l'Afrique pour la promotion rapide d'une sortie pacifique de cette crise aux conséquences dangereuses à tous égards pour le pays, la région et l'ensemble du continent », a souligné Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category