Fonction publique camerounaise : les sentiers de la modernisation

Le sujet est au centre d’un colloque national ouvert hier à Yaoundé sous par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute.

C’est dans la salle des fêtes « Ongola Samba » de l’Hôtel de ville de Yaoundé archicomble que le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute a ouvert un colloque national sur la modernisation de la Fonction publique camerounaise hier à Yaoundé. Un évènement du ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), placé sous le haut patronage du président de la République, Paul Biya. « Modernisation de la Fonction publique camerounaise : Etat des lieux, défis et perspectives », est le thème choisi pour cet événement. Un rendez-vous honoré par la présence de nombreux autres membres du gouvernement, des autorités administratives, la crème de l’administration publique, des diplomates, des représentants des organisations internationales, des universitaires, des usagers de tout bord. Cette présence massive atteste du souci d’une fédération des énergies, avec pour fil conducteur, une réforme en profondeur de l’administration publique au Cameroun.
Dans ce vent de modernité qui rompt avec la tradition, le Premier ministre, chef du gouvernement a relevé que la tenue de ce colloque traduit la détermination du chef de l’Etat qui le parraine, de moderniser l’appareil administratif camerounais. « Le chef de l’Etat veut faire de notre administration, un levier de développement », a-t-il rappelé. Tout en indiquant au passage que l’administration publique n’a pas attendu ce colloque pour faire sa mue. Celle-ci a commencé à la seconde moitié des années 1990 avec la mise sur pied  par le président de la République du Programme national de gouvernance, opérationnalisé avec l’appui des partenaires au développement. Par la suite, certaines propositions avaient été formulées. La grande majorité a été retenue et implémentée avec l’introduction des manuels de procédures et guides de l’usager visant à mettre un terme à l’opacité et à promouvoir la transparence dans la délivrance des services, entre autres.
Pour le ministre Joseph LE, ce cadre de concertation qui va durer trois jours a pour objectif de cheminer vers une éclosion d’une Fonction publique « plus compétente, plus simple, plus expéditive, moins tracassière, moins procédurière ». Dans cette nouvelle ère, il sera question de mettre un accent sur l’acquisition de nouveaux outils de travail, la révision en profondeur des textes et des procédures, le renforcement des capacités et le changement des mentalités ainsi que la vulgarisation des bonnes pratiques pour l’avènement d’un nouvel agent public au Cameroun. Ceci parce que le Minfopra veut s’adapter au temps présent.
Après la cérémonie d’ouverture, le PM a effectué une visite des différents stands d’exposition, de renseignements et de sensibilisation sur le fonctionnement du Minfopra

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category