Modernisation de la Fonction publique : parole aux experts

En présence du ministre Joseph LE, ils ont exposé hier sur des thématiques qui permettront de relever les défis actuels et futurs.

La salle des fêtes « Ongola Samba », sise à l’Hôtel de ville de Yaoundé s’est transformée en amphithéâtre après l’ouverture solennelle lundi, par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Nguté, du colloque national sur la modernisation de la Fonction publique camerounaise. Hier, les panélistes nationaux et internationaux de ce secteur ont abreuvé de connaissances le public venu nombreux prendre part aux débats avec pour thème « Quelles ressources humaines pour l’atteinte des ODD et de l’émergence : le nouvel agent public camerounais ». Et pour modérateur Benoît Ndong Soumhet, ministre chargé de mission à la présidence de la République. C’était en présence du ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph LE.
En guise de mise en bouche, le Pr. Patrick Abane Engolo, directeur des affaires juridiques au ministère de l’Enseignement supérieur, a fait savoir que le développement fait partie du modèle de la Fonction publique camerounaise. Bien que celui-ci fait appel à des exigences que sont entre autres la promotion de l’égalité gage de stabilité, le loyalisme, la justice. A sa suite, Florence Awasom Asaa, présidente de la cour administrative du Nord-Ouest a insisté sur la responsabilité et la protection des agents publics. Surtout que ceux-ci sont informés de leurs devoirs mais pas toujours de leurs droits. Pour l’expert, la protection du fonctionnaire sur les plans civil et pénal est un facteur d’épanouissement qui n’est pas à négliger. Pour atteindre le développement, poursuit-elle, le professionnalisme doit rimer avec compétence. Et comme parmi cette fouled’agents publics figurent les femmes en majorité, le Dr Natacha Ngo Nlep s’est appesantie sur la place cette catégorie dans la Fonction publique.
Puisqu’à la Fonction publique, tout agent ou tout fonctionnaire est appelé à aller à la retraite avec tout ce que cela comporte comme difficultés, des esquisses de solutions ont été proposées pour un départ tranquille. A ce sujet, Pierre Vincent Ngambo Fondjo, ancien secrétaire général du Minfopra, a suggéré au ministre Joseph LE, d’automatiser la mise à la retraite en supprimant le dossier de retraite pour permettre à l’agent public de disposer de sa pension grâce à l’outil informatique le mois qui suit son départ. A cela, se sont ajoutés l’harmonisation des âges de départ à la retraite, la création d’un statut de fonctionnaire émérite comme dans d’autres corps de métier et l’accompagnement des jeunes par les anciens.
Pour le Pr. Stéphane Monney Mouandjo, Dg du Cafrad, une institution panafricaine, le nouvel agent public doit être un homme polyvalent, et formé permanemment. Il faut surtout se libérer d’un certain nombre de références qui voudraient que le chef ne tienne pas compte de l’avis de ses collaborateurs.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category