Foumban : le village artisanal inauguré

Le ministre Achille Bassilekin III a invité à cette occasion, les artisans du Noun à valoriser ce joyau, pour en faire un levier du développement.

Satisfait du tableau illustrant son portrait exposé ce 22 janvier au village artisanal spécial de Foumban, le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa) l’a acheté séance tenante. Il va ensuite acquérir un second tableau présenté par Mohammed Ngoupayou, représentant le monument de l’unité nationale, avec des Camerounais d’horizons divers, convergeant vers ce lieu d’histoire. Après les tableaux points par ce plasticien de 24 ans, récemment diplômé de l’Institut des beaux-arts de Foumban, Achille Bassilekin III va admirer les bijoux et gadgets à base de papier, de plastique et d’autres matériaux de récupération par Jacqueline Kamsu, ainsi que des statuettes et masques réalisés en bronze par Aboubakar Mbuembue. Le Minpmeesa va aussi visiter les huit grandes salles et les 35 stands d’exposition du village artisanal spé- cial de Foumban, qu’il est venu inaugurer, accompagné du gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine, ainsi que des autorités administratives et traditionnelles du département. Ce joyau artistique et architectural, don du chef de l’Etat aux populations du Noun à l’entame de cette année 2020, est un immeuble comprenant un sous-sol doté d’un parking de 600m2, un rez-de-chaussée et un étage, avec des bureaux administratifs, une salle des archives, une salle pour les réunions, trois magasins, quatre salles d’atelier pour les formations, quatre vestiaires, une mosquée et de nombreuses toilettes. L’immeuble et bâti sur 3 500 m2 de 10 850 m2. Mise en place pour structurer la promotion et l’encadrement des artisans va permettre aux artistes de multiplier des formations, des créations individuelles ou en groupes, mais aussi de réaliser des expositions et de meilleures ventes. Pour Achille Bassilekin III, l’inauguration de ce village artisanal spécial de Foumban est aussi l’occasion de célébrer le riche patrimoine artisanal du peuple Bamoun, et de ses artisans. « Combien sont-ils, les forgerons, les vanniers, les archetiers, les selliers, les fondeurs, les couteliers, les doreurs, les ébénistes, les bijoutiers, les costumiers, les tisserands, les outilleurs, les fabricants d’objets divers qui excellent dans le Noun ? Ils se comptent en effet par dizaine de milliers, y compris ceux qui opèrent dans les filières de l’agroalimentaire,  des métaux, du bois, du cuir, de la terre, des pierres et j’en passe », a énuméré le ministre. Une abondante main-d’œuvre, désormais mieux nantie pour contribuer au développement local et national.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category