La saison de chasse lancée

En donnant le coup d’envoi solennel les activités pour cette année dans le Nord, le Minfof s’est mis dans la peau d’un écotouriste

En parcourant mardi dernier près de 200 km sur une route en latérite, pour rejoindre la zone 18 du parc national du Faro, situé dans le département du Faro, le ministre des Forêts et de la Faune (Minfof) Jules Doret Ndongo ne pouvait s’imaginer de la densité et de la diversité de la faune dans cette aire protégée. Ici, comme à la zone 13 où il s’est également rendu quelques heures plus tard, l’on retrouve plusieurs espèces protégées, notamment les cobs de Buffon, l’élan de Derby, des lions, des panthères, des girafes, des élé- phants, des hippopotames et diverses espèces d’oiseaux, entre autres. Et pourtant, ce parc rencontre plusieurs difficultés, en rapport avec sa sécurisation. Cette aire protégée a été créée le 8 juillet 1980 avec une superficie de 3 300km2. Mais selon le conservateur du parc, Central Awe, il a toujours fait l’objet des menaces par les braconniers, des orpailleurs clandestins, des riverains et de groupes armés venus du parc national de Gashaka Gumti, une prolongation du parc du Faro au Nigeria. Heureusement, depuis 2017, les forces de sécurité et de maintien de l’ordre camerounaises, en collaboration avec les écogardes, ont mené une vaste opération de sécurisation du parc. Ce qui a abouti à une accalmie dans cette aire protégée. La veille de ce périple dans les profondeurs du parc national du Faro, le Minfof a procédé à Garoua, à l’ouverture solennelle de la saison cyné- gétique 2019-2020 et à la remise des quotes-parts des taxes d’affermage aux communes et communautés riveraines. L’on apprendra au cours de cette cérémonie que la saison de chasse écoulée a été la plus fructueuse depuis cinq ans. En effet, le Cameroun a enregistré cette année 387 chasseurs contre 285 lors de la précédente saison. Ce qui a engrangé des recettes fauniques de plus de 835 millions de F, largement supérieur au montant de l’année précé- dente qui était de 695,9 millions de F. A propos du quote-part reversé aux communes et communautés riveraines, 45,5 millions ont été répartis entre sept communes et 25 communautés riveraines. En remettant ces chèques aux concernés, Jules Doret Ndongo a invité les uns et les autres à se conformer aux dispositions réglementaires, car, dira-t-il, « la gestion des biens publics demeure soumise aux lois et règlements en vigueur ».

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category