Yaoundé : sept morts dans trois accidents

A Nlongkak quatre personnes tuées par un camion. A Ekounou, une jeune fille écrasée par un gros porteur, et au Boulevard du 20 mai, deux hommes renversés par un chauffard.

Le week-end dernier a été sanglant circulation dans la ville de Yaoundé. Sept morts, c’est le bilan de trois accidents de la survenus entre le 23 et le 25 janvier à Ekounou, Nlongkak et au Boulevard du 20 mai. Le premier accident est survenu le 23 janvier aux environs de 16h au quartier Ekounou. Un camion transportant des produits brassicoles a ôté la vie à une jeune fille de 18 ans, non identifiée. Selon les témoignages recueillis sur le lieu de l’accident, le drame est survenu à la montée du Stade Abega. « Le camion a perdu ses freins et a commencé à faire marche arrière. Constatant qu’il y avait une file de voitures derrière lui, le conducteur a manœuvré pour finir sa course sur le côté de la route. Voyant le danger venir, une passagère du taxi en voulant fuir est plutôt allée s’abriter à l’endroit où le camion a fini sa course. Elle est morte sur le coup », raconte Mathieu N.

Plus tard, aux environs de 3h le 24 janvier, un camion a percuté une Toyota Yaris au lieudit «Feux Vallée Nlongkak». La Toyota Yaris avait à son bord, un jeune magistrat, Dingha Alain, 35 ans, sa compagne Pélagie Nhabula Tandjon, 26 ans, enceinte, l’enfant du couple âgé d’environ trois ans. Il y avait également Emmanuel Tandjon, 48 ans, beau-père du magistrat. Le magistrat, sa conjointe et leur enfant sont morts sur le coup. Le beau-père, Emmanuel Tandjon, a été conduit en urgence à l’hôpital Général, où il a rendu l’âme quelques heures après. Les autres corps ont été déposés à la morgue de l’Hôpital central de Yaoundé.

Selon le commissaire Adamou Baba, commandant de groupement voie publique et circulation du Centre, les deux véhicules roulaient à vive allure. Le camion transportant des vivres frais venait du côté de Mballa II, et la Toyota venait de Bastos. « Une fois au carrefour, il est important de marquer un temps d’arrêt. Pour vérifier si aucun véhicule ne vient à gauche ou à droite. Ce qui n’a pas été fait, d’où cette collision », dé- plore le commissaire de police. Pendant que ce drame défrayait la chronique, samedi 25 janvier à 10h, un autre accident est survenu au Boulevard du 20 mai. Un chauffard a percuté deux piétons et a pris la fuite. Les accidentés Robert Abass, photographe à l’avenue Kennedy et Baouro Abdouraman, commerçant ambulant sont tous morts sur-le-champ. Le commissaire Adamou Baba explique que le véhicule à l’origine de ce carnage était une Toyota Yaris rouge, sans plaque d’immatriculation avec le pare-brise avant fissuré du côté passager. « Nos cameras l’ont aperçu du côté de Melen et Obili. Ce qui est sûr, nous mettrons la main sur lui d’ici peu », a rassuré le commandant de groupement voie publique et circulation du Centre.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category