Culture

Musique : Cysoul, grandeur nature

Le jeune artiste a donné un spectacle à l’Institut français antenne de Yaoundé le 24 janvier dernier

Du live pour les amateurs de sensations vraies, efficaces et sans filtre. C’est le show façon Cysoul. Confiant, captivant, entrainant. Des mots résumant suffisamment la performance de ce jeune artiste récemment sous les feux des projecteurs, pour avoir été l’un des finalistes 2019 du Prix Découvertes RFI.

Au cours de son spectacle le 24 janvier dernier à l’Institut français du Cameroun (IFC) antenne de Yaoundé, des spectateurs, ses « Souldiers » (nom de ses fans), mués en chanteurs pour la circonstance, reprenaient ses titres en chœur. Tous étaient guidés par un chanteur qui a su puiser en lui tout ce qu’il a de meilleur, notamment des extraits de son album « Akiba ». Que fallait-il de plus ? Ce spectacle de trois heures était un moment de pur bonheur. Le petit Cysoul a bien grandi. Artistiquement plus mature, il semble avoir tiré les leçons de ses débuts il y a un an sur scène, à l’occasion de son spectacle donné dans le cadre du Prix Goethe Découverte dont il était l’un des lauréats. Il a offert une prestation de haute facture, malgré quelques « fractures ». Les 38 minutes de retard, par exemple, auraient pu être évitées, tout comme ces deux heures accordées à la première partie du spectacle. Il y a donc eu cette amertume, légère, parce que entre rap, soul, Rnb, slam, danse… l’ambiance était dense. Le public a pu découvrir de jeunes talents prometteurs. Manasse La Rage, la « bête » de scène ; Jordan Lemonstre, la machine à punchlines; Ndachi, le lover (vainqueur du concours musical Mützig); Ellano Boss plutôt osé; Evina la belle au cocktail de décibels… La prestation du chanteur a tenu la promesse des fleurs. Pour ne pas manquer cela, des artistes ont tenu à effectuer le déplacement. Kareyce Fotso, Lydol (avec laquelle il a interprété le titre « Roma »), Taty Eyong, Yvich, Kriss M. D’autres chanteurs, reporters et producteurs étaient de la partie pour vivre des temps forts de cette soirée, notamment cette introduction chorégraphiée sur scène de Cysoul à 21h12 min, qui lui a valu une salve d’applaudissements. Autre moment inoubliable de la prestation, la montée sur scène de sa mère. Emouvant. Puis, il y a eu cette séquence danse, au cours de laquelle la pétillante chanteuse et chorégraphe Taty Eyong et la surprenante journaliste Larissa Djakomo ont assuré le show. De la sono à la déco en passant par les prestations scéniques, la représentation n’a pas déçu les attentes. C’est sous les remerciements de l’artiste que la soirée s’est clôturée. Rendezvous a été pris pour le 7 février prochain. Cette fois, ce sera à l’IFC de Douala.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps