Développement des PME : les facilités de financement renforcées

Les mécanismes présentés ce 28 janvier aux responsables des PME et du patronat lors d’une visite du Minpmeesa, qu’accompagnait le régional de la Banque européenne d’Investissement.

Selon les chiffres révélés par le premier vice-président du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), Sanda Oumarou , les PME-PMI représentent 90% du tissu économique du Cameroun et contribuent à hauteur de 34% au Produit intérieur brut (Pib). 63% des salariés relèvent des PME-PMI. Des statistiques données lors de la rencontre de concertation entre le Gicam et le ministre des Petites et moyennes Entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat, Achille Bassilekin III hier, 28 janvier, à Douala. La rencontre qui portait essentiellement sur les problématiques de financement des PME s’est déroulée en présence du secrétaire général des services du gouverneur du Littoral, Thierry Ki-Nou Nana, et du représentant de la Banque européenne d’investissements (BEI) pour l’Afrique centrale, Nikolaos Milianitis. « L’environnement actuel n’est pas favorable aux PME-PMI à cause de la concurrence déloyale, la fragilité financière de ces dernières », a soutenu Sanda Oumarou . Des écueils auxquels le gouvernement apporte des solutions de manière progressive, notamment avec un cadre règlementaire incitatif rappelé par Achille Bassilekin III. Au-delà des textes, le gouvernement a mis sur pied la Banque camerounaise des PME ; l’accompagnement de la mise sur pied du crédit-bail avec l’appui de la Société financière internationale. Par ailleurs, au cours de l’actuel exercice budgétaire, un cadre règlementaire pour susciter l’arrivée des intermédiaires financiers appropriés aux start-up et aux PME sera mis en place C’est dans la logique de la recherche des facilités financières pour les PME que Nikolaos Milianitis a pris part à cette visite de travail, également meublée par une descente sur le terrain. Au Centre d’incubation pilote de la Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat (Ccima), le ministre et sa suite ont visité les installations de l’usine-école dé- diée à la formation des jeunes dans le domaine de la transformation des produits agricoles, sous la conduite de Frédéric Djeuhon, membre du bureau exécutif de la Ccima et du directeur du Centre, Yves Tefack. « Le CipCcima est un lieu d’excellence pour la transformation agroalimentaire. C’est une excellente initiative », a affirmé Achille Bassilekin III. Aux yeux de Nikolaos Milianitis, le CipCcima représente une nouvelle voie pour appuyer l’entrepreneuriat dans le pays. « Vous pouvez exporter votre savoir-faire en zone Cemac en capitalisant les bons

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category