Présidentielle au Togo : un fauteuil pour sept

Plus de 3 millions d’électeurs élisent samedi le prochain président de la République parmi les prétendants en lice.

La campagne électorale pour le compte de l’élection présidentielle de samedi au Togo entamée le 6 février dernier se referme ce jeudi à minuit. A quelques heures de la clôture, les sept candidats en lice tentent d’abattre leurs dernières cartes. Au cours des ces dernières heures de campagne, les prétendants vont, chacun selon ses moyens, essayer de convaincre les indécis en sa faveur. Le fichier électoral définitif rendu public par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pointe 3 614 056 électeurs sur le plan national et à l'étranger. Tchambakou Ayassor, président de cet organe, a annoncé que 9 389 bureaux de vote dans 4 445 centres de recensement et de vote seront mis à l’occasion. Les forces de l’ordre et de sécurité ont précédé le reste de l’électorat en votant hier mercredi. Depuis le lancement de la campagne électorale aucun incident majeur n’a été signalé. Mais les financements publics à allouer aux candidats en course se font toujours attendre. 
Sur les starting-blocks, Faure Gnassingbé repart à la conquête du fauteuil qu’il occupe depuis 2005 pour un quatrième quinquennat. A 54 ans, le candidat de l’Union pour la République a mené une campagne à l’américaine en parcourant les grandes villes du pays. La lutte contre le terrorisme, la poursuite des réformes économiques, la lutte contre le chômage et les grands travaux constituent la trame de son projet de société. « Notre principale richesse, c’est la stabilité et la sécurité », a-t-il indiqué à chacune de ses étapes. 
En face, d’autres poids lourds de la scène politique togolaise, à l’instar de Jean-Pierre Fabre. Leader de l'Alliance nationale pour le changement (ANC), cet ex-bras droit de l’opposant historique Gilchrist Olympio affronte cette épreuve pour la troisième fois. Il affirme à 68 ans que 2020 marque le temps du changement au sommet de l’Etat.  Gabriel Agbéyomé Kodjo croit également en ses chances de l’emporter samedi. Ancien Premier ministre ancien et président de l'Assemblée nationale sous feu Eyadéma Gnassingbé, il est le porte-étendard du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD). Il a surtout jeté son dévolu dans le nord du pays. 
En vue d’une élection sécurisée et sans heurts, 10 000 membres des forces de l’ordre et de sécurité ont été mobilisés. Ce scrutin a bénéficié du soutien d’une mission conjointe de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)-Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui a procédé à un audit préalable du fichier électoral. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category