Photographie : les recettes du shooting

Les propriétaires des studios photos ont trouvé le moyen de faire revivre leurs espaces gagne-pain menacé par l’évolution de la technologie.

On a tous voulu à un moment se substituer au photographe professionnel, en comptant sur un appareil photo numérique ou sur son smartphone. Aujourd’hui, le résultat est qu’aussi sophistiqués et performants qu’ils soient, nos gadgets numériques n’arrivent à détrôner la photographie professionnelle. Dans les studios photos, les amoureux de belles photos se bousculent à nouveau, le shooting étant le principal attrait. Au quartier Ngoa-Ekellé, dans l’un des multiples studios photos de la ville, un groupe de jeunes s’apprête à passer sous les feux des projecteurs. Tous vêtus de t-shirts rouges, ils entrent dans une salle spécialement aménagée pour leur séance de shooting. Objectif : vendre un projet marketing d’école. La salle s’appelle le showroom. Fond vert, lampadaires braqués, nid d’abeilles installé, appareil photo sur trépied, la composition parfaite, coup de cœur des clients, et fonds de commerce de Rodrigue Etame, le photographe. « Les clients veulent des photos qui les mettent le plus en valeur. C’est le rôle de notre showroom. En plus de la qualité du dispositif, nous fournissons une décoration selon le thème du shooting et un maquillage adéquat. Des lettres gonflables en couleur or pour des anniversaires par exemple. Le résultat obtenu après traitement est juste formidable, et c’est ce que recherchent les clients. Ils n’hésitent pas à publier les photos sur les réseaux sociaux ou à les agrandir », explique le photographe. 
Un attrait dont il sait profiter. En fin de semaine, Rodrigue Etame Paccy se retrouve avec « au moins 50 000 F de recettes pour des séances de shooting pour baby shower, anniversaires ou shooting de fun, en dehors des évènements de baptêmes, mariages, soutenances… », assure-t-il.Une séance coûte au minimum 3 000 F pour une seule personne à shooter, à raison de deux photos, en une seule tenue, remise en version numérique et ou papier. Le tarif monte à 5 000 F pour deux tenues, avec make-up. En groupe (moins de cinq personnes), le shooting pour deux photos en une tenue coûte au minimum 5 000 F. Soit deux photos sans maquillage ni décor. Les tarifs varient ainsi jusqu’à 25 000 F en moyenne, pour des séances en studio de particuliers. Hors studios, dans la ville, les tarifs augmentent, et le minimum est de 10 000 F la séance, seul ou en groupe, pour une dizaine de photos sans maquillage ni fioritures. Pour attirer le plus de clients, les spécialistes du shooting multiplient multiplient les annonces et offres promotionnelles sur les réseaux sociaux. « En dehors des photographies pour mariages, le shooting est notre activité la plus rentable. Et comme les clients, majoritairement des jeunes, aiment venir en shooting pour publier les photos sur les réseaux sociaux, nous indiquons le nom de notre entreprise et notre téléphone sur chacune d’elle, pour capter davantage des clients », explique JuniorNsta, photographe à l’Avenue Kennedy. Autant d’astuces qui permettent à la photographie de revivre, malgré la concurrence du téléphone.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category